Migrants: les Britanniques plus invités à la réunion de crise, Macron tacle des méthodes «pas sérieuses»

Jeudi 25 novembre, le Premier ministre britannique Boris Johnson a demandé à la France de reprendre les immigrés clandestins qui parviendraient à rejoindre les côtes de la Grande-Bretagne, déclenchant la colère de Paris.
Jeudi 25 novembre, le Premier ministre britannique Boris Johnson a demandé à la France de reprendre les immigrés clandestins qui parviendraient à rejoindre les côtes de la Grande-Bretagne, déclenchant la colère de Paris. ANDY BUCHANAN AFP

Moins de 48 heures après le drame de mercredi soir, 27 migrants noyés dans la Manche alors qu'ils tentaient de passer vers le Royaume-Uni, Paris et Londres appelaient à une plus grande coopération. Mais après les propos du Premier ministre Boris Johnson, le ministre de l'Intérieur français a fait savoir que les Britanniques n'étaient plus les bienvenus à une réunion organisée ce dimanche. Emmanuel Macron dénonce des méthodes « pas sérieuses ».

Publicité

La réunion prévue entre ministres européens aura bien lieu dimanche 28 novembre à Calais pour tenter de sortir de l'impasse. Mais sans le Royaume-Uni. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annulé l'invitation faite aux Britanniques. La raison de cette crise : les propos tenus par Boris Johnson demandant à la France de reprendre les immigrés arrivant en Grande-Bretagne.

Jusque-là, la France et le Royaume-Uni semblaient vouloir améliorer leur collaboration pour éviter un nouveau drame dans les eaux de la Manche, mais la lettre de Boris Johnson à Emmanuel Macron, rendue publique sur Twitter, a accéléré la crispation des relations et le ministre de l'Intérieur français a annulé l'invitation faite à son homologue britannique Priti Patel.

En marge de sa conférence de presse avec Mario Draghi après la signature du traité du Quirinal, Emmanuel Macron s'est aussi exprimé sur cette crise entre Londres et Paris, qualifiant les méthodes des Britanniques de « pas sérieuses ».

Je suis surpris des méthodes quand elles ne sont pas sérieuses. On ne communique pas d'un dirigeant à l'autre sur ces questions-là par tweets et par lettres qu'on rend publiques, nous ne sommes pas des lanceurs d'alerte. Allons, allons... Donc les ministres vont travailler sérieusement pour régler une question sérieuse avec des gens sérieux.

Emmanuel Macron

► À lire aussi : Les migrations, un autre casse-tête franco-britannique pour l'UE

Dans cette lettre au président français, le Premier ministre britannique demandait de reprendre les migrants arrivant en Angleterre depuis la France, au lendemain d'un naufrage dans la Manche qui a vu 27 personnes perdre la vie. « Je propose que nous mettions en place un accord bilatéral de réadmission pour permettre le retour de tous les migrants illégaux qui traversent la Manche », a détaillé Boris Johnson.

Une lettre « indigente sur le fond... et déplacée sur la forme », a commenté le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Une lettre que Boris Johnson déclare ce vendredi à la mi-journée ne pas regretter.

► À lire aussi : Naufrage de migrants: la Manche, nouveau «cimetière marin à ciel ouvert» ?

« Le gouvernement britannique choisit de faire de la politique intérieure à un moment où notre seule priorité devrait être d'éviter de nouveaux drames dans la Manche. Nous le regrettons », a-t-on poursuivi dans l'entourage du ministre. Londres a demandé à Paris de rétablir l'invitation à sa ministre de l'Intérieur. « Aucune nation ne peut s'attaquer à cela seule. J'espère que les Français reconsidéreront (leur décision) », a déclaré le ministre des Transports, Grant Shapps, sur la BBC.

La réunion est tout de même maintenue avec la Commission européenne et les ministres belge, allemand et néerlandais chargés de l'immigration pour lutter contre les réseaux de passeurs. « Le problème dépasse nos frontières. C'est pourquoi nous allons travailler à des solutions communes dès dimanche avec nos partenaires européens », a fait savoir l'entourage de Gérald Darmanin.

► À lire aussi : Naufrage de migrants: les réseaux de passeurs et les condition d'immigration en question

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail