Bosnie-Herzégovine: le Hongrois Viktor Orban accusé de soutenir les séparatistes serbes

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban soutiendrait les séparatistes serbes en Bosnie-Herzégovine.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban soutiendrait les séparatistes serbes en Bosnie-Herzégovine. © Laszlo Balogh/AP

Le Premier ministre souverainiste Viktor Orbán est-il en train de torpiller la diplomatie européenne dans les Balkans ? C’est ce que dénoncent des députés européens. Ils accusent Viktor Orbán de soutenir les Serbes de Bosnie-Herzégovine, qui veulent faire éclater la Bosnie. Et ils soupçonnent Orbán d’agir avec l’assistance du commissaire européen à l’Élargissement – un diplomate hongrois. 

Publicité

De notre correspondante à Budapest,

Ce qui inquiète d’abord les parlementaires européens, c’est la stratégie de Viktor Orbán. Le premier ministre hongrois soutient à fond Milorad Dodik, le dirigeant de la Republika Srpska, la République serbe de Bosnie-Herzégovine, qui veut son indépendance.

Non seulement Orbán fraie avec ce séparatiste, mais il le soutient financièrement. Budapest vient de débloquer 100 millions d’euros pour la Republika Srpska.

Olivér Várhelyi mis en cause

Ensuite, ce qui préoccupe aussi les eurodéputés, c’est l’attitude du commissaire européen à l’Élargissement, le Hongrois Olivér Várhelyi, qui a été nommé à ce poste par Viktor Orbán. Il y a quelques jours, des membres du Parlement européen ont interpellé la présidente de la Commission, Ursula Von der Leyen. Ils lui demandent d’ouvrir une enquête sur ce dernier soupçonné de collusion avec les Serbes de Bosnie.

Katalin Cseh, vice-présidente des libéraux au Parlement européen, explique pourquoi les eurodéputés demandent une enquête : « D’après un document interne de la commission, le commissaire Várhelyi se serait mis d’accord avec M. Dodik sur le projet de la Republika Srpska de quitter la Bosnie. Alors que l’Union européenne fait tout pour maintenir l’unité de ce pays ! Si l’authenticité de ce document est confirmée, cela signifie que Monsieur Várhelyi contribue à déstabiliser la région : c’est contraire à la politique européenne. »

Ce document dont parle l’eurodéputée hongroise, propose ni plus ni moins de modifier les frontières de la Bosnie-Herzégovine et de faire éclater le pays au profit des nationalistes serbes.

Oliver Várhelyi n’a pas répondu directement, mais la Commission européenne a pris sa défense. Le commissaire hongrois a été effectivement informé des intentions de Dodik de créer un État séparé. Mais, selon Bruxelles, cela ne veut pas dire que le commissaire approuve ces plans. Il aurait même exprimé son opposition à ce projet séparatiste.

Viktor Orbán suit systématiquement Moscou

Mais quel intérêt aurait Viktor Orbán à semer la zizanie en Bosnie-Herzégovine ? Si Viktor Orbán soutient les Serbes de Bosnie, c’est parce qu’il s’aligne sur Vladimir Poutine, et se range systématiquement du côté de Moscou. Le gouvernement Orbán a soutenu l’intervention de la Russie au Kazkastan et n’a pas dit un mot sur la répression sanglante des manifestants !

Cette servilité de Budapest vis-à-vis de Moscou est moquée par un hebdomadaire hongrois qui caricature Orbán en train de cirer les chaussures de Poutine. Des chaussures en formes de tanks. L’hebdomadaire note que ce rapprochement avec Moscou ne profite pas vraiment à la Hongrie pour l’instant. Est-ce qu’il profite à Viktor Orbán ? C’est une autre question.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail