Accéder au contenu principal
Ukraine

Ukraine: le nouveau triomphe de Ioulia Timochenko

L'opposante Ioulia Timoshenko s'est adressée à la foule, place de l'Indépendance. A ses côtés sa fille Yevgenia (d). Kiev, le 22 février 2014.
L'opposante Ioulia Timoshenko s'est adressée à la foule, place de l'Indépendance. A ses côtés sa fille Yevgenia (d). Kiev, le 22 février 2014. REUTERS/Yannis Behrakis
Texte par : RFI Suivre
10 mn

Ce samedi 22 février a été une journée charnière à Kiev, en Ukraine. En quelques heures, c'est une cascade d'événements : un président qui quitte la capitale, sa destitution par les députés, sa tentative de fuite vers la Russie (selon le président du Parlement), la fixation d'une élection présidentielle anticipée le 25 mai. Et puis en fin d’après-midi, l'annonce de la libération de l'opposante historique Ioulia Timochenko, emprisonnée depuis deux ans pour des motifs politiques. Elle s'est rendue en début de soirée sur la place centrale de Kiev, le Maïdan, où elle a reçu un accueil triomphal, fendant sous les acclamations la foule de dizaines de milliers de personnes.

Publicité

Article mis à jour avec notre correspondant et notre envoyée spéciale à Kiev,  Sébastien Gobert  et  Anastasia Becchio

Des applaudissements et une grande clameur ont résonné sur la place de l’Indépendance à Kiev lorsque l’annonce de la libération de Ioulia Timochenko a été officialisée. L’ancienne chef du gouvernement, prisonnière numéro une en Ukraine depuis 2011, est sortie de l’hôpital de Kharkiv. Le résultat direct d'un vote du Parlement survenu ce samedi matin. L’opposition y dispose désormais de la majorité.

Mme Timochenko est sortie sur une chaise roulante de l’hôpital, là où elle purgeait sa peine puisqu'elle souffre d’une hernie discale. En son temps, l’Allemagne avait proposé de l’accueillir pour la soigner, mais Berlin s’était heurté au refus des autorités ukrainiennes. L’ancienne chef du gouvernement s’est immédiatement rendue dans la soirée sur la place centrale de Kiev, où elle a reçu un accueil triomphal, fendant sous les acclamations la foule de plus de 50 000 personnes.

Il y a presque dix ans, en 2004, c'est sur cette même place que la légende de Ioulia Timochenko était née, à l'occasion de la « Révolution orange » dont elle avait été l'égérie. Après les protestations anti-gouvernementales de ces trois derniers mois, après les retournements de situation spectaculaires de ces derniers jours, après les violences de ces dernières heures, son retour à Maïdan a donc été, ce samedi, chargé d'émotion.

Soyez partie prenante d'une nouvelle Ukraine

Discours de Ioulia Timochenko à Kiev

Les quelque deux ans passés en détention n’ont rien entamé de sa combativité. D’une voix légèrement cassée, Mme Timochenko, condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir sous la présidence de Victor Ianoukovitch, a rendu hommage, dans un long discours prononcé depuis la scène, aux manifestants et aux dizaines de personnes qui ont perdu la vie ces derniers jours dans les affrontements sanglants avec les forces de l’ordre.

« Vous êtes des héros, vous êtes les meilleurs d'Ukraine !, a-t-elle lancé. Ceux qui ont été tués sont nos libérateurs. Ils vont nous inspirer. Les héros ne meurent pas. » Cette dernière phrase a fait son effet, répétée en écho par l'auditoire de la place de l'Indépendance. L’ancienne chef du gouvernement a aussi appelé les contestataires, qui ont vu ce samedi le Parlement voter la destitution du président, à ne pas quitter la place : « Si quelqu'un vous dit que c'est terminé et que vous pouvez rentrer chez vous, n'en croyez pas un mot, vous devez finir le travail », a-t-elle plaidé.

Lorsque je suis entrée dans Kiev, je n'ai pas reconnu la ville

Ioulia Timochenko à Kiev

L'égérie de la « révolution orange » pourrait être appelée à jouer un rôle important. Certains la voit déjà en Premier ministre, d’autres en candidate à la présidentielle. Deux de ses proches ont, en tout cas, déjà été désignés respectivement à la tête du Parlement et au ministère de l’Intérieur. Dans son discours, l'ancienne Première ministre a d'ailleurs précisé que le peuple était le véritable vainqueur de cette nouvelle révolution, et non pas les trois leaders de l'opposition qui ont été en première ligne pendant tout le mouvement. Elle a aussi insisté sur le fait que les choses se seraient passées différemment si elle avait été présente. Il y aurait eu moins de morts à déplorer, a-t-elle dit.

Un possible retour de Ioulia Timochenko sur la scène politique ne satisfait pas tout le monde. Avant son emprisonnement en 2011, elle avait perdu beaucoup de sa popularité. Beaucoup d'Ukrainiens la perçoivent comme une personnalité corrompue. Ce samedi, l'ancienne Première ministre a donc bénéficié d'un état de grâce. Demain viendront les questions.

Une soirée historique à Kiev

Edition spéciale sur le basculement ukrainien, ce dimanche 23 février 2014 sur les antennes de RFI entre 6h et 6h30 TU

→ A (RE) LIRE : Ukraine : Ianoukovitch annonce qu’il ne démissionnera pas 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.