UKRAINE

Crash du vol MH17 en Ukraine: Obama pointe la responsabilité des séparatistes russes

L'épave de l'avion est éparpillée sur plusieurs centaines de mètres.
L'épave de l'avion est éparpillée sur plusieurs centaines de mètres. REUTERS/Maxim Zmeyev

Le président américain Barack Obama a pointé du doigt la responsabilité des séparatistes russes suite au crash du vol MH17 jeudi dans l'est de l'Ukraine. Les inspecteurs de l'OSCE sont arrivés sur place. Les séparatistes se sont engagés à faciliter l’enquête et Kiev a fermé l’espace aérien au-dessus de l’Est.

Publicité

Cet article est réactualisé régulièrement,

Environ trente inspecteurs de l'OSCE sont arrivés dans l'après-midi sur le lieu du crash. « Ils sont arrivés par hélicoptère », a déclaré le porte-parole de l'actuelle présidence suisse de l'OSCE, Roland Bless.

Les séparatistes pro-russes se sont engagés à leur donner un accès sûr, ainsi qu’à collaborer avec les autorités. L'OSCE va se réunir d'urgence à Vienne. 

L'OSCE a confirmé ce vendredi, à la mi-journée, que des négociations avaient été ouvertes avec les séparatistes pour permettre à ses enquêteurs d'accèder au site du crash. Un chef séparatiste prorusse exclut un cessez-le-feu réclamé par Washington et les Européens. Néanmoins, « nous laisserons les experts accéder au lieu de la catastrophe », a déclaré Alexandre Borodaï, le Premier ministre de la république autoproclamée de Donetsk.

Les deux boites noires retrouvées

Les deux boîtes noires ont été retrouvées ce matin par les secouristes. Celles-ci devraient permettre d’en apprendre plus sur les conditions de la catastrophe. La compagnie Malaysia Airlines affirme que l'avion avait un « carnet d'entretien en ordre ». Les séparatistes pro-russes de leur côté auraient déjà récupéré l'enregistreur de vol de l'avion malaisien. Ils ont affirmé qu'ils allaient la remettre aux enquêteurs et ils ont confirmé qu'il n'y avait pas de survivants.

Il y avait à bord 298 personnes, selon le ministère malaisien des Transports. Les corps sans vie des passagers sont éparpillés dans la zone d'impact au milieu des morceaux de fuselage et des restes de bagages. Le crash a eu lieu aux alentours du village de Grabove dans la région de Donetsk. Les soldats, des forces rebelles et les pompiers sont arrivés rapidement sur place.

Aucun périmètre de sécurité ne protège la zone.

Reportage sur les lieux du crash

Il n'y aurait aucune victime française, selon François Hollande

Les médias australiens affirment qu’une centaine de passagers se rendaient à la conférence sur le Sida qui débute ce weekend à Melbourne. L'incertitude plane toujours sur la présence de ressortissants français à bord de l'avion. Lors d'une conférence de presse à Niamey, au Niger, ce vendredi après-midi, François Hollande a déclaré que « sauf un cas qui restait à élucider », il n’y avait « aucun Français à bord ».

Les Pays-Bas paient le plus lourd tribut: 189 ressortissants néerlandais ont disparu dans ce drame.

Crash du MH17 en Ukraine : édition spéciale


Edition spéciale-7h15-7h30- Arnaud Danjean-2014... par rfi

Réactions de la communauté internationale

Les analystes du renseignement américain ont annoncé qu'ils « croyaient fortement » que le Boeing 777 a été abattu par un missile sol-air. Reste à déterminer si le missile a été tiré par des séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine, des soldats russes de l'autre côté de la frontière ou des membres des forces gouvernementales ukrainiennes. Tous se renvoient la responsabilité de l’attaque.

Les réactions se sont succédées ce vendredi matin, au lendemain de la catastrophe. Barack Obama a de nouveau accusé la Russie de fournir les séparatistes pro-russes en armes lourdes et antiaériennes et appelé Moscou, Kiev et les insurgés à mettre en œuvre immédiatement un cessez-le-feu. Il a affirmé que l'avion avait été abattu par un missile tiré d'un secteur contrôlé par les séparatistes pro-russes. Vladimir Poutine, le président russe, a insisté sur la nécessité d’un « règlement urgent » de la crise en Ukraine. Il s'est d'ailleurs dit en contact direct avec le président ukrainien et a déclaré : « Il faut ouvrir le plus tôt possible des discussions directes entre les deux camps. Toutes les parties en conflit doivent rapidement cesser les combats et entamer des négociations de paix. » L'Ukraine de son côté est choquée par la catastrophe. Le Premier ministre qui accuse les Russes demande que les coupables soient jugés à La Haye. 


Nationalités des disparus selon le ministère malaisien des Transports

• 189 Néerlandais
• 44 Malaisiens
• 27 Australiens
• 12 Indonésiens
• 9 Britanniques
• 4 Allemands
• 4 Belges
• 3 Philippins
• 1 Canadiens
• 1 Néozélandais

Sur les 298 passagers, la compagnie n’a pas encore identifié la nationalité de vingt personnes. La compagnie justifie cette incertitude par le fait que ces voyageurs venaient d’autres vols et étaient en transit à Amsterdam. Leurs passeports n’avaient donc pas été vérifiés dans la capitale hollandaise.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail