Ukraine

Cessez-le-feu en Ukraine: les habitants de Marioupol sans illusions

Pièces d'artillerie ukrainiennes détruites près de Marioupol, le 6 septembre 2014.
Pièces d'artillerie ukrainiennes détruites près de Marioupol, le 6 septembre 2014. REUTERS/Vasily Fedosenko

Marioupol, un port sur la mer d’Azov, à 50 kilomètres de la frontière avec la Russie, est actuellement aux mains de l’armée ukrainienne. Samedi après-midi ces soldats ukrainiens assurent qu’ils ont été victimes de tirs d’artillerie. Une première violation manifeste de la trêve conclue la veille entre Kiev et les séparatistes pro-russes.

Publicité

Avec l'envoyé spécial de France 24 à Marioupol, Jonathan Walsh

Une femme de trente-trois ans a été tuée et trois personnes ont été blessées lors d’un bombardement d’un barrage ukrainien à l’entrée est de Marioupol. Ce dimanche en fin de matinée, le calme est revenu dans le ciel de la cité. Depuis l’attaque d’hier soir, il n’y a pas eu de nouveaux tirs d’artillerie signalés, et dans le centre-ville, la vie suit son cours. Mais une chose est certaine, le cessez-le-feu entre Kiev et les rebelles pro-russes a été violé samedi soir, et cela pose évidemment la question de son futur. Pour l’instant, ce cessez-le-feu est toujours officiellement en vigueur, mais comment croire qu’un règlement du conflit est au bout du tunnel alors que moins de 24 heures après avoir été signé, des positions ukrainiennes en périphérie de Marioupol sont attaquées.

Il faut dire qu’à Marioupol personne ne croit à cet accord, ni les soldats qui ont accepté de parler aux médias, ni la population. Tous sont convaincus que, comme les précédents, il sera rapidement rompu.

Positions attaquées

Hier, le principal barrage militaire, à l’est de Marioupol, a essuyé des tirs d’artillerie répétés entre 22 h et 22 h 30 environ. L’envoyé spécial de France 24 s’y est rendu peu après et ce que ce qu’il a vu sur place ne laissait aucune place au doute. Les positions de l’armée ukrainienne avaient clairement été attaquées : il y avait des véhicules qui brûlaient, les bas-côtés de la route étaient en flammes, on pouvait voir des feux dans les champs environnants; plusieurs bâtiments ont été endommagés, un motel et une station-service auraient également été touchés.

Un chauffeur d’ambulance rencontré a expliqué qu’il était venu chercher des blessés. C’est un bataillon de volontaires ukrainiens qui tient ce barrage, les volontaires du bataillon Azov. Aucun mort n’est à déplorer, mais la tension reste vive. Les militaires parlent de « provocations » des pro-russes.

Détonations à Donetsk

Ce dimanche 7 septembre au matin, des détonations régulières ont été entendues par des journalistes d'agence près de l’aéroport de Donetsk, une autre ville tenue celle-ci par des séparatistes dans l’est de l’Ukraine. Des colonnes de fumée sont visibles autour des lieux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail