Accéder au contenu principal
Ukraine

Ukraine: large victoire des partis pro-occidentaux aux législatives

Un bureau de vote de Kiev, dimanche 26 octobre 2014.
Un bureau de vote de Kiev, dimanche 26 octobre 2014. REUTERS/Valentyn Ogirenko
Texte par : RFI Suivre
7 mn

Dimanche 26 octobre, les partis pro-occidentaux ont obtenu une victoire sans précédent aux législatives en Ukraine, selon un sondage sortie des urnes laissant peu de doutes sur la tendance des résultats définitifs à venir. Le Bloc du président Petro Porochenko et quatre autres mouvements pro-occidentaux, dont des nationalistes, ont obtenu ensemble environ 70% des voix.

Publicité

Les premières tendances, issue d'une étude d'opinion portant sur la moitié du Parlement élu au scrutin proportionnel, et réalisée conjointement par trois instituts de sondage, confirment une orientation résolument pro-occidentale pour le pays. Une première depuis l'indépendance, après six mois de conflit meurtrier opposant dans l'est l'armée ukrainienne aux rebelles pro-russes.

Elections sous haute tension dans l'est du pays

Le fait qu'une partie importante du pays, dans l'est et en Crimée, ne prenne pas part au vote, y est d'ailleurs pour beaucoup. C'est une Ukraine partiellement amputée de sa partie la plus favorable à la Russie, qui a donné son avis ce dimanche.

Le président ukrainien Petro Porochenko en plein vote à Kiev, dimanche 26 octobre 2014.
Le président ukrainien Petro Porochenko en plein vote à Kiev, dimanche 26 octobre 2014. REUTERS/Ukrainian Presidential Press Service/Mikhail Palinchak/H

Le Bloc du président Porochenko arriverait en tête avec 21,9% des suffrages. C’est quasiment 10 points de moins que ce que les sondages avaient prévu. Le parti du chef de l’Etat n’obtient pas la majorité absolue et sera contraint de bâtir une coalition. Il pourrait aller chercher ses partenaires du côté du Front populaire du Premier ministre Arseni Iatseniouk, qui compte dans ses rangs des militants de la révolution pro-européenne de Maïdan. Ce mouvement fait une belle percée, crédité de 21,6% des suffrages. Le chef de l’Etat a d’ailleurs reconnu, d’une certaine façon, ce bon score en assurant que le Front populaire serait le principal partenaire de sa formation dans la future coalition. Batkivchina, le parti de l'ancienne égérie de la « révolution orange » Ioulia Timochenko, ancien chef du gouvernement, est en revanche en perte de vitesse, avec seulement 6% des suffrages. Il dépasse de justesse le seuil électoral fixé à 5% des voix. Même score environ pour le mouvement nationaliste Svoboda (6%).

Le président ukrainien peut aussi chercher un partenaire du côté du parti Samopomitch (que l’on pourrait traduire en substance par « Aide-toi toi-même »). Son score : 13%. Il s'agit d'une formation menée par le maire de Lviv, la grande ville de l’ouest. C'est un parti nouveau dans le champ politique ukrainien ; il compte de nombreux militants de la société civile et des combattants rentrés de l'est, une poignée de jeunes gens énergiques qui comptent jouer les « poils à gratter » du Parlement ukrainien. Son résultat estimé, relativement élevé, témoigne d’une attente de renouveau de la part des électeurs.

Petro Porochenko en treillis militaire à Kramatorsk, au matin du 26 octobre 2014.
Petro Porochenko en treillis militaire à Kramatorsk, au matin du 26 octobre 2014. REUTERS/Ukrainian Presidential Press Service/Mikhail Palinchak/H

Parmi les voix qui tenteront de se faire entendre : celle du populiste Oleh Liachko, et son Parti radical adepte de la manière forte à l'égard des séparatistes dans l’est de l’Ukraine. La guerre dans le Donbass est l’une des questions cruciales à laquelle devra s’atteler le nouveau Parlement. Ce n'est donc pas anodin si, avant d’aller voter à Kiev, le président Porochenko s’est rendu dans l’est séparatiste et a visité plusieurs villes reprises par les forces loyalistes l'été dernier, analyse notre envoyée spéciale à Kiev Anastasia Becchio. Il est allé sur place en tenue de camouflage militaire.

A noter enfin : comme attendu, les mouvements issus du Parti des régions de Viktor Ianoukovitch, discrédités après la fuite de l’ancien président en février dernier, obtiennent des scores faibles, mais devraient encore avoir quelques députés dans l’opposition. Le bloc de l'opposition obtiendrait 8% des voix. Quant aux communistes, ils ne siègeront plus à la Rada. La fin d’une époque.


■ RÉACTIONS

Le président Porochenko, dont la formation politique arrive en tête, s'est félicité du résultat de l’élection dans une déclaration à la nation diffusée à la télévision. Il a annoncé un rapprochement « irréversible » avec l'Europe, ajoutant que « la majorité des électeurs s'est prononcée en faveur des forces politiques qui soutiennent le plan de paix (...) et cherchent des moyens politiques pour régler le conflit ». « Les partisans d'une solution militaire sont en nette minorité ».

Le parti communiste « condamné à mort »

Le chef de l’Etat s'est également félicité du déclin du Parti communiste, qui avec 3% seulement n’atteint pas les 5% de voix requises et devrait être exclu du Parlement pour la première fois depuis l'indépendance de cette ex-république soviétique. « Le tribunal populaire (...) a condamné à mort le Parti communiste », a dit Petro Porochenko. « Les Ukrainiens ont porté un coup décisif à la cinquième colonne communiste », a-t-il ajouté. « La relance du pouvoir s'achève. Tarder avec les réformes est mortel. Voilà pourquoi j'attends la formation la plus rapide d'une nouvelle coalition » au Parlement, qui formera ensuite le gouvernement, a encore fait valoir le président.

→ À (RE)LIRE : Le point sur des élections charnières en Ukraine

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.