Accéder au contenu principal
Ukraine

Ukraine: Petro Porochenko ordonne à l’armée de cesser le feu

Un militaire ukrainien dans la région de Donetsk, concernée par l'accord de cessez-le-feu.
Un militaire ukrainien dans la région de Donetsk, concernée par l'accord de cessez-le-feu. REUTERS/Alexei Chernyshev
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le président ukrainien Petro Porochenko a ordonné à l’armée de cessez-le-feu ce samedi 14 février à minuit, heure locale (22h TU), conformément à l’accord conclu à Minsk le 12 février.

Publicité

Il était minuit en Ukraine (22h TU) lorsque le président Petro Porochenko a donné l’ordre à l’armée de cesser le feu, comme le prévoit l’accord quadripartite conclu à Minsk jeudi 12 février entre l’Ukraine, la Russie, l’Allemagne et la France.

A Donetsk, place forte des rebelles pro-russes, des tirs d’artillerie ont été entendus pendant encore quelques secondes, avant de s'interrompre brutalement. Plusieurs sources indépendantes présentes dans les républiques séparatistes de Donetsk et de Lougansk ont noté que les tirs de roquettes et les pilonnages de mortier ont soudainement cessé à minuit, heure locale, nous rapporte notre envoyé spécial dans la région, Régis Genté.

Il en serait de même dans la région de Debaltseve, qui a fait l’objet d’intenses attaques de la part des séparatistes pro-russes pendant toute la journée de ce samedi. Cet important nœud ferroviaire formant une poche pénétrant profondément dans le territoire séparatiste est une région très stratégique. Le chef de la République populaire de Donetsk a laissé entendre pendant toute la journée de ce samedi que cette région de Debaltseve échappait aux accords signés à Minsk. Ne s’agissait-il que de bluff pour en chasser les 6 000 à 8 000 soldats ukrainiens qui y seraient encerclés ? Impossible à dire. Mais Debaltseve sera certainement à surveiller de près dans les heures et les jours à venir.

Petro Porochenko a en tout cas été très démonstratif pour prouver que Kiev respectait à la lettre les accords de Minsk. En uniforme militaire, entouré de son état-major, c’est un président extrêmement solennel qui est apparu à la télévision ukrainienne. Les chefs de différents secteurs de la zone dite « d’opération antiterroriste », autour du Donbass donc, l’ont tour à tour assuré par radio que les forces ukrainiennes ne faisaient plus usage de leurs armes depuis minuit ce dimanche 15 février.

Petro Porochenko a terminé son allocution en anglais, prouvant ainsi son souci d’apparaître également irréprochable devant la communauté internationale. Mais le président ukrainien ne se dit pas pour autant optimiste sur le respect du processus de paix. « Malheureusement le processus de paix est menacé, les rebelles vont utiliser Debaltseve pour saper le régime du cessez-le-feu », a déclaré le président ukrainien.

La présidence française a annoncé qu’un point sur ce cessez-le-feu aurait lieu ce dimanche entre Vladimir Poutine, Petro Porochenko, François Hollande et Angela Merkel.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.