Accéder au contenu principal
Royaume-Uni

Retour au calme au Royaume-Uni

Le quartier de Hackney à Londres a retrouvé le calme mais la police veille, le 10 août 2011.
Le quartier de Hackney à Londres a retrouvé le calme mais la police veille, le 10 août 2011. Reuters/Luke MacGregor
Texte par : RFI Suivre
7 mn

Pour la première fois depuis samedi, le Royaume-Uni s'est réveillé ce jeudi 11 août 2011 après une nuit sans pillages ni incendies, à l'exception de quelques échauffourées sporadiques avec la police. « Nous avions besoin d'une riposte et la riposte est en cours », a déclaré hier le Premier ministre David Cameron après une réunion du comité interministériel de sécurité chargé des situations de crise. Le Parlement doit se réunir aujourd'hui en session extraordinaire sur ce dossier. Environ un millier de personnes ont été arrêtées depuis le début des émeutes.

Publicité

Avec notre correspondant à Londres, Adrien Moss

La cinquième nuit d’émeutes n’a pas eu lieu en Grande-Bretagne. A Manchester, la pluie est venue au secours de la police déployée en force comme elle l’est toujours à Londres et dans les villes à risque.

La comparution des casseurs devant un tribunal d’instance qui siège jour et nuit révèle une surprenante image de ces émeutiers. A côté de jeunes des cités déshéritées, des enseignants, des postiers, des coiffeurs, des cuisiniers, mais aussi des enfants âgés de 11 à 14 ans.

Débat devant le Parlement ce jeudi

Carte détaillée des émeutes au Royaume-Uni
Google Maps

A Birmingham, où trois jeunes musulmans ont été délibérément écrasés par une voiture d’émeutiers alors qu’ils tentaient de défendre leur magasin, la police a ouvert une enquête pour meurtre.

La riposte promise par David Cameron a fait baisser la tension. Le Premier ministre a renforcé la fermeté annoncée la veille en autorisant la police à faire usage de canons à eau et de balles en plastique si besoin. Il doit ouvrir ce jeudi un débat sur ces émeutes devant le Parlement rappelé de vacances pour la 25e fois en cinquante ans.

 

Ils ont commencé par mettre le feu, c’était comme un film d’horreur

Reportage International 11/08 Les émeutes à Tottenham

 

Avec notre envoyée spéciale à Londres, Béatrice Leveillé

Le calme semble revenu en Grande-Bretagne où l'on craignait des affrontements interethniques à Birmingham après la mort de trois jeunes d’origine pakistanaise, tués par une voiture conduite par des pilleurs afrocaribéens. Ils tentaient de protéger leurs magasins.

Les Britanniques n’ont plus vraiment confiance dans la police pas assez présente et mal équipée pour faire face à la situation. Les déclarations du Premier ministre ont surtout eu pour objectif de rassurer car des groupes d’autodéfense se sont constitués un peu partout pour protéger des commerces ou des quartiers, avec à la clé le risque d'entraîner des tensions interethniques.

La police s’en inquiète et réclame le soutien de la population. Elle a d’ailleurs lancé un appel aux internautes pour reconnaître sur les images des caméras de surveillance les pilleurs afin de les dénoncer. Plus d’un million de Britanniques ont déjà répondu à cet appel.

Le maire de Londres, Boris Johnson, a interpellé le Premier ministre pour que les moyens et les effectifs de la police ne soient pas affectés par des coupes budgétaires. Son appel a été rejeté par David Cameron qui appartient pourtant à la même famille politique que lui.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.