Accéder au contenu principal
France

La situation fiscale de Liliane Bettencourt dans le viseur de la justice

Capture d'écran du site internet de LCI le 2 juillet 2010 montrant Liliane Bettencourt lors d'un entretien avec la journalsite de TF1 Claire Chazal.
Capture d'écran du site internet de LCI le 2 juillet 2010 montrant Liliane Bettencourt lors d'un entretien avec la journalsite de TF1 Claire Chazal. AFP / TF1
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le parquet de Nanterre, dirigé par Philippe Courroye, pourrait prochainement ouvrir une enquête pour blanchiment de fraude fiscale à l'encontre de Liliane Bettencourt et ses proches. C'est ce qu'a révelé le Journal du Dimanche, dans son édition du 23 juillet 2010. La demande aurait été soumise au procureur général de Versailles, et à la chancellerie de Michèle Alliot-Marie.

Publicité

Dans le cadre de cette enquête, l'héritière de L'Oréal et son gestionnaire de fortune, Patrice de Maistre, pourraient être entendus et répondre aux soupçons de fraude fiscale.

Ce sont des enregistrements pirates, opérés dans le bureau de la milliardaire, qui avaient soulevé ces soupçons. Sur ces bandes, Patrice de Maistre parle de deux comptes suisses cachés au fisc et d'un transfert de fonds vers Singapour. C'est sur cette base que le juge Courroye entend lancer l'enquête.

Une situation «nauséabonde» selon Benoît Hamon

Florence Woerth, l'épouse du ministre du Travail, pourrait également être entendue. Elle avait été salariée dans la société chargée de gérer la fortune de Madame Bettencourt.

Une situation que le porte-parole du PS, Benoît Hamon, a qualifié de « nauséabonde ». Il a appelé Nicolas Sarkozy à « tirer les conséquences de ce mélange de genres entre Monsieur Woerth, son épouse et Madame Bettencourt. »

Les révélations qui se succèdent dans l'affaire Bettencourt dépassent désormais largement le conflit familial, pour déboucher dans la sphère politique et même économique, en raison de la place de la famille Bettencourt dans l'une des plus grandes entreprises françaises, L'Oréal, leader mondial du marché du cosmétique.

Impossible de parler de Liliane Bettencourt sans évoquer les 31% du capital de L'Oréal qu'elle possède, et qui sont à l'orgine de sa fortune. Le groupe suisse Nestlé détient près de 30% des parts, et un pacte lie les deux actionnaires majoritaires jusqu'en 2014 et jusqu'à six mois après le décès de Liliane Bettencourt, empechant Nestlé de prendre le contrôle.

Mais le doute plane sur la situation par la suite. La fille de Liliane Bettencourt, Françoise Bettencourt-Meyers, nie vouloir vendre les parts familiales. Mais des analystes jugent que Nestlé est bien en embuscade pour s'emparer de L'Oréal, le groupe de cosmétique présent dans 130 pays qui a réalisé en 2009 un chiffre d'affaires de 17 milliards et demi d'euros.

Les cosmétiques et la parfumerie sont le 4e secteur exportateur de la France et ce marché est en développement accéléré dans les pays émergents. Par ailleurs, Nestlé a les moyens financiers de racheter les actions L'Oréal après la vente à bon prix du laboratoire Alcon au groupe Novartis en 2008.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.