France / Tourisme

Les riches touristes étrangers sont une manne pour Paris

AFP / J. Demarthon

L'hôtellerie française et les grands magasins ont retrouvé des résultats favorables en juillet, notamment dans le haut de gamme, grâce au retour en force des touristes étrangers après un été 2009 affecté par la crise. L'embellie se manifeste surtout dans les 4 étoiles et dans les palaces parisiens et de la Côte d'Azur, avec une clientèle étrangère qui profite de la faiblesse de l'euro.

Publicité

Au sous-sol du grand magasin du Printemps, à Paris, les touristes chinois se font servir par des serveuses parlant le mandarin. Beaucoup ont des sacs de marque à la main. « J’ai acheté des produits Chanel », explique Tien, un jeune visiteur chinois. Pour beaucoup, s’arrêter faire des achats dans les établissements prestigieux de Paris est une étape obligée lors d’un séjour touristique dans la capitale. Et les grands magasins ont bien compris l’intérêt de ces nouveaux arrivants. Ils offrent désormais des services personnalisés pour les clients chinois : des plans de l’établissement en mandarin, mais aussi un service où ils peuvent faire détaxer leurs achats ou payer avec une carte de crédit chinoise. « Les Chinois représentent le plus gros marché actuellement. Sur les derniers mois, on note une hausse de leur fréquentation de 400% », explique Laurent Schenten, le directeur de la clientèle internationale du magasin.

Alors que les pays occidentaux se remettent tout doucement de la crise économique mondiale, l’apport des touristes à fort pouvoir d’achat, venus des marchés dits émergents, est essentiel pour redonner de l’oxygène à l’industrie touristique parisienne. Ils sont originaires de Chine, mais aussi du Proche et Moyen-Orient ou d’Inde. Le Brésil, la Corée du Sud ou la Russie sont également importants. « Aujourd’hui, l’ouverture de ces nouveaux marchés est un renfort en cas de crise, et cela explique que l’année 2009 n’ait pas été si mauvaise », explique Paul Roll, directeur de l’office du tourisme et des congrès de Paris. « En 2010, on prévoyait une amélioration du taux d’occupation et une stagnation de la recette unitaire. En fait, la surprise est que les deux sont en hausse », remarque M. Roll.

Plus de 400 000 millionnaires

Ainsi, au mois de mai à Paris, le nombre de nuitées et les taux d’occupation ont atteint des records qu'on n'avait pas vus depuis quatre ans. Selon l’Observatoire économique du tourisme parisien, les arrivées des marchés lointains émergents étaient en augmentation de 41,4%. Sur la même période, pour les touristes en provenance du Proche et Moyen-Orient, la hausse était même de 58,3%. Et tandis que les Français partent plus mais dépensent moins qu’avant la crise économique, les étrangers venus de pays non-occidentaux continuent de mettre la main à la poche. Ces bons résultats ont été salués par le secrétaire d’Etat en charge du Commerce et du Tourisme, Hervé Novelli. « La progression de la fréquentation dans l’hôtellerie haut de gamme laisse penser que la clientèle américaine, russe, asiatique fait son retour », a-t-il ainsi déclaré le 3 août.

Comme les grands magasins, les palaces cherchent eux aussi à cibler les marchés non occidentaux. Au Fouquet’s, avenue George V à Paris, la clientèle originaire du Moyen-Orient est essentielle. «  Clairement, en 2009, nous avons gardé ce matelas de touristes internationaux. Mais nous avons besoin d’assurer la diversification de ces sources, pour ne pas être trop dépendants du Moyen-Orient ou des Etats-Unis », observe Eric Boonstoppel, le directeur général du Fouquet’s. Alors, le luxueux établissement cherche aussi à se faire connaître en Chine, par le biais de salons du tourisme. Le marché est très porteur : le pays compte déjà plus de 400 000 millionnaires.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail