France / Suisse

Le gruyère suisse sort gagnant de la guerre pour l'AOC avec les Français

La Suisse sort gagnante face à sa bataille contre la France pour l'appellation d'origine contrôlée du gruyère.
La Suisse sort gagnante face à sa bataille contre la France pour l'appellation d'origine contrôlée du gruyère. Getty/Creativ Studio Heinemann

Le gruyère français vient de jeter l'éponge dans le combat qui l’opposait au gruyère suisse pour l'obtention de la reconnaissance suprême, l'appellation d'origine contrôlée l'AOC. Le gruyère français sauve l'essentiel, son nom.

Publicité

Deux fromages appelés « gruyère », bénéficiant chacun d'une AOC, l'un en Suisse, sans trous, l'autre en France, avec des trous, c'était un de trop.

Après s'être battu les producteurs français ont renoncé à faire reconnaître leur AOC au niveau européen.

Le risque de voir la Commission européenne rejeter la demande française les a incités à la prudence. En effet le rejet aurait signé la fin du gruyère français. En perdant son AOC acquise en 2007 le gruyère français aurait aussi perdu le droit de s'appeler gruyère.

Seul le fromage helvétique aurait conservé le droit à ce nom. Du coup les français ont annoncé qu'ils se contenteraient d'un label moins prestigieux celui d'indication géographique protégée, l'IGP. Mais ils garderont le nom du fromage et ce à la satisfaction des 260 producteurs de l'est de la France, qui pourront donc continuer à transformer leur lait en Gruyère. 3 000 tonnes sont annoncées pour 2010, contre près de 29 000 tonnes pour le gruyère Suisse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail