Accéder au contenu principal
France

Les casinos victimes de la crise

Le casino de Toulouse, dans le sud-ouest de la France.
Le casino de Toulouse, dans le sud-ouest de la France. AFP/Pascal PAVANI
Texte par : Marie-Morgane Le Moël
3 min

Alors que les palaces refont le plein, les casinos font toujours grise mine. Ils subissent notamment la concurrence des jeux en ligne. Leur fréquentation est à la baisse, et des restructurations s’imposent dans le secteur.

Publicité

Le temps n’est plus à la démesure dans les casinos français. Si le secteur hôtelier commence à ressentir les effets de la reprise, c’est loin d’être le cas dans les établissements de jeux. Et les clients continuent de se faire attendre derrière les machines à sous.

En trois ans, les 197 casinos français ont vu leur chiffre d’affaires diminuer de presque 20%. Le produit brut des jeux (le PBJ, qui correspond aux mises des joueurs moins ce qui leur est reversé) est passé de 2,8 milliards d’euros en 2006-2007 à 2,3 milliards d’euros en 2008-2009. Signe des difficultés rencontrées par les établissements de jeux : le placement en redressement judiciaire de trois casinos de la holding de la Société française de casinos (SFC), annoncé vendredi 13 août.

Autre cas : le 15 juillet, le casino de Beaulieu (Alpes-Maritimes), propriété du groupe Partouche, était déclaré en état de cessation de paiement. L’avenir du géant Partouche, endetté, suscite également des questions ; le casinotier a opéré une augmentation de capital, qui ne lui a permis de lever que 3 millions d’euros de cash, au lieu des 25 millions espérés.

Concurrence des jeux en ligne

Les mauvaises nouvelles s’accumulent, inquiétant la profession. Pour cela, plusieurs facteurs sont avancés. Tout d’abord, la crise économique, qui a bien évidemment limité les revenus des joueurs. Les clients viennent moins souvent, ils dépensent également moins, crise oblige, et les petits établissements sont les premiers touchés. L’année 2010 semble à peine meilleure que les précédentes : une baisse de 4% des produits bruts des jeux aurait été enregistrée pour les premiers mois, selon l’AFP.

La crise n’est pas la seule explication. Les établissements pointent aussi du doigt l’interdiction du tabac dans les casinos depuis 2008, qui aurait dissuadé les fumeurs invétérés de passer du temps à tenter leur chance aux tables de jeux. « Il faut savoir que plus de 70% des clients de casinos sont des fumeurs. Leur interdire de fumer pendant qu’ils jouent a eu un impact certain. D’ailleurs, à Monaco, où il n’y a pas eu la même interdiction, on n’a pas eu cette baisse de clientèle », estime ainsi Alexandre Schoose, responsable de l’Ecole française des casinos à Paris.

« Il faut aussi citer le contrôle aux entrées ; depuis 2006 les clients doivent présenter leurs cartes d’identité, ce qui a beaucoup choqué », renchérit Michel Roger, président du syndicat Casinos de France. Mais il faut aussi mentionner la concurrence des jeux en ligne illégaux. « Durant dix ans, ils n’étaient pas régulés », ajoute M. Roger. Sans oublier l’engouement pour les paris sportifs en ligne et le poker, autorisés depuis le mois de juin dernier. Selon l’Autorité de régulation des jeux en ligne, 1,2 million de Français ont déjà ouvert un compte sur l’un des sites de paris autorisés en juin.

Alors, même si certains gros casinotiers ont déjà prévu de se placer sur le marché en ouvrant leurs propres sites de poker en ligne, l’inquiétude reste de mise dans un secteur qui fait vivre 18 200 employés en France.

Pour résister à la crise et tenter d’attirer les clients, une centaine de casinos ont mis en place depuis quelques mois des super cagnottes, qui peuvent rapporter jusqu’à 5 millions d’euros aux clients les plus chanceux. D’autres tentent de changer l’image de leurs établissements.
« Il faut restructurer : il y a de la place pour des établissements qui ont une image plus jeune », affirme Alexandre Schoose. « C’est pour cela qu’ils demandent beaucoup de jeunes croupiers, il y a un effort pour redynamiser. On a vécu le plus gros de la crise », observe-t-il.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.