Accéder au contenu principal

Advei Ter-Oganian : censure ou happening ?

sf

Face à la menace d’une interdiction du tableau d’Avdei Ter-Oganian « Radical Abstractionism, n°8 », les artistes russes se sont montrés très efficaces. Leur contre-menace de boycotter l’exposition a obligé le Louvre à se montrer ferme vis-à-vis des autorités russes qui ont finalement laissé sortir le tableau.

Publicité

Cela montre le pouvoir de l'art.

Marie-Laure Bernadac, commissaire de l'exposition « Contrepoint. L’art contemporain russe »

Grâce à la médiatisation, tous les visiteurs liront la minuscule pancarte qui traduit les lettres en alphabet cyrillique du tableau qui se veut (aussi) humoristique avec son rectangle noir et son petit cercle blanc sur fond rouge : « Cette œuvre incite à porter atteinte à la vie du membre du gouvernement V.V. Poutine afin de l’empêcher d’exercer des activités gouvernementales et politiques. » Le gouvernement russe avait justifié sa tentation de censure par le fait que l’œuvre – maintes fois exposée en Russie et ailleurs - pouvait être comprise « comme un appel à un coup d’Etat ». Bizarrement la déclaration du tableau à côté, « Radical Abstractionisme, n°5 » - « Cette œuvre cherche à porter atteinte à la dignité des personnes de nationalité russe et juive » - n’a provoqué aucun commentaire de la part des autorités russes. Pour Marie-Laure Bernadac, il y a un faux et un vrai débat : « Il y a une lecture stupide au premier degré qui pense qu’un carré noir sur fond rouge peut porter atteinte au chef de l’Etat, peut porter atteinte à la dignité humaine, peut porter atteinte au drapeau. » Ter-Oganian, 49 ans, a obtenu en 2002 l’asile politique en République tchèque après avoir été poursuivi en Russie pour une performance au Manège de Moscou.

"Le galeriste a voulu créer le scandale."

Le jour du vernissage, l’artiste présent à Paris, fait volte-face et déclare à l’AFP qu’il était venu pour « demander l’enlèvement de ces tableaux ». Il explique son refus comme « une action artistique pour attirer l’attention du public sur le sort d’Oleg Mavromatti ». L’artiste russe Mavromatti a fui la Russie en 2000 après avoir réalisé une performance simulant la crucifixion du Christ. Actuellement exilé en Bulgarie, il craint d’être extradé vers la Russie.
Pour sa part, Michael Mindlin, directeur général du National Center for Contemporary Arts Moscou (NCCA), co-organisateur de l’exposition avec le Louvre, a assuré qu’il n’y avait pas eu de «censure» de la part du ministre russe de la Culture concernant Advei Ter-Oganian. «Le galeriste a voulu créer le scandale», a-t-il simplement déclaré à l’AFP après l’ouverture de l’exposition.

« Contrepoint. L’art contemporain russe, de l'icône à l’avant-garde en passant par le musée ». Musée du Louvre du 14 octobre au 31 janvier.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.