Cinéma

« Potiche », comment le goût du pouvoir vient aux femmes

Catherine Deneuve (Suzanne Pujol) et Gérard Depardieu (Maurice Babin) dans "Potiche"
Catherine Deneuve (Suzanne Pujol) et Gérard Depardieu (Maurice Babin) dans "Potiche" Mars Films

Aujourd’hui sort sur les écrans en France, l’un des films les plus attendus de l’année : Potiche, une comédie inspirée d’une pièce de Barillet et Gredy, les champions du théâtre de boulevard et reboostée par le cinéaste français François Ozon. Catherine Deneuve, la plus grande star française y incarne Madame Pujol, une femme un peu empotée, qui décide de prendre son destin en main.

Publicité

Mars Films

Idiote, bonne à rien, nunuche, Potiche, c’est peu de dire que Suzanne Pujol, l’héroïne du film de François Ozon en prend pour son grade. Femme d’un riche industriel, cette bourgeoise un peu popote, n’est à sa place nulle part, ni à la cuisine, ni chez ses enfants, qui la méprisent gentiment, ni même au Badaboum, la boite de nuit où son mari, un industriel à poigne, aime s’encanailler. Mais la vie de la « potiche » fait un double salto avant, lorsque Monsieur Pujol est séquestré par ses employés.

Nous sommes à la fin des années 70, le fond de l’air est rouge et le député-maire communiste de la ville, alias Gérard Depardieu, fait tout pour attiser le conflit. Bref, il faut trouver d’urgence une solution. Et voilà que, sans l’avoir demandé, Madame Pujol se retrouve dans le fauteuil, du PDG.

Ecouter la bande son du film « Potiche » de François Ozon

Potiche raconte comment le goût du pouvoir vient aux femmes. C’est aussi un bonbon vintage, saupoudré de tous les tubes des années 70, une comédie endiablée, pimentée de politique. La preuve en une heure quarante, que Francois Ozon excelle au mélange des genres.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail