Accéder au contenu principal
France / Politique

En France, Marine Le Pen largement élue à la tête du Front national

Lors du XIVè congrès du Front national, Marine Le Pen succède officiellement à son père, Jean-Marie, à la tête du parti d'extrême droite, le 16 janvier 2011.
Lors du XIVè congrès du Front national, Marine Le Pen succède officiellement à son père, Jean-Marie, à la tête du parti d'extrême droite, le 16 janvier 2011. REUTERS/Stephane Mahe
Texte par : RFI Suivre
10 mn

Passage de flambeau à la tête du Front national ce 16 janvier 2011 avec Jean-Marie Le Pen qui remet les clés de son parti à sa fille, Marine, qui l'a emporté sans surprise lors du scrutin interne avec 67,65% des voix face à son rival Bruno Gollnish qui réalise un score non-négligeable de 32,25%. Hier, samedi, Jean-Marie Le Pen a prononcé son dernier discours en tant que président du parti qu'il dirige depuis sa création, en 1972.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Tours, Guillaume Naudin

En élisant Marine Le Pen, les Français ont aussi élu le projet politique que je leur présentais.

Marine Le Pen

C’est à peu près ce que les informations qui avaient filtré depuis vendredi annonçaient, avec 67,65 % des 17 000 suffrages exprimés. C’est plus qu’une victoire pour Marine Le Pen. C’est un triomphe, une approbation claire et nette de son importance médiatique et de sa stratégie de « dédiabolisation » du Front national.

Comme son père l’avait souhaité, la voilà à la tête du parti, et lancée à toute vapeur vers la présidentielle 2012. Les dirigeants du Front national espèrent d’ailleurs qu’elle fera aussi bien que son père en 2002 et accèdera au second tour, voire même peut-être un peu plus.

C’est en tout cas ce que lui a souhaité son adversaire malheureux Bruno Gollnisch, très fairplay après ce combat inégal, au terme duquel il rassemble tout de même un tiers des votes des militants.

En clair, cela signifie que le Front national, canal historique, celui des catholiques traditionalistes, celui des anciens partisans de l’Algérie française, n’a pas disparu. Et Bruno Gollnisch s’est plu à le rappeler très directement à Marine Le Pen, en proposant ses services pour maintenir l’unité de la famille politique. Traduction : Marine Le Pen est invitée à moderniser le parti, mais l’extrême droite traditionnelle est toujours là.

…le type de discours qu’on appelle national-populiste du FN a besoin d’un sauveur, d’un guide, de quelqu’un avec un fort charisme… La ligne que Marine Le Pen prend, a été la ligne de tous ces groupes-là. Par contre, elle a la martingale, le nom Le Pen, la marque...

Nicolas Lebourg

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.