Accéder au contenu principal
Cinéma

Les Femmes du 6e étage, des bonnes survoltées et débrouillardes

Berta Ojea (Dolores), Sandrine Kiberlain (Suzanne Joubert), Carmen Maura  (Conception), Natalia Verbeke (Maria), Lola Dueñas (Carmen) (de g. à dr.) dans "Les femmes du 6è étage" de Philippe Le Guay.
Berta Ojea (Dolores), Sandrine Kiberlain (Suzanne Joubert), Carmen Maura (Conception), Natalia Verbeke (Maria), Lola Dueñas (Carmen) (de g. à dr.) dans "Les femmes du 6è étage" de Philippe Le Guay. SND

Reconstituer le Paris des années 1960 pour en faire le cadre d’une comédie endiablée qui met de bonne humeur. Avec Les Femmes du 6e étage, Philippe le Guay signe un film social qui est aussi un conte de fées : l’histoire de Jean-Louis Joubert, un agent de change très « coincé », qui découvre un beau jour qu’une cohorte de bonnes espagnoles vit au sixième étage de son immeuble bourgeois. Touché par ces femmes pleines de vie, il se laisse aller pour la première fois de sa vie. Ce lundi, ce film coloré faisait sa première internationale au festival de Berlin, il sort ce mercredi 16 février sur les écrans français.

Publicité

SND

En grimpant les quatre étages qui conduisent aux chambres de bonnes de son immeuble des beaux quartiers, c’est un nouveau monde que découvre Jean Louis Joubert, alias Fabrice Lucchini. Un nouveau monde sans salles de bain, ni eau courante, mais où Carmen, Dolores, Concepción et Maria font régner un joyeux désordre.

A partir d’un fait historique, l’arrivée à Paris, dans les années 1960 de milliers de jeunes Espagnoles à la recherche d’un emploi, Philippe le Gay a bâti une comédie virevoltante sur fond de lutte des classes. Car au contact de ces bonnes survoltées et débrouillardes, le bourgeois psychorigide va peu à peu se transformer et découvrir les joies simples de la vie, du bal musette et des pique-niques au bord de l’eau. Fabrice Lucchini use de toutes les facettes de son immense talent, pour jouer ce personnage entre deux mondes, froid et austère au début, puis émerveillé comme un enfant…

Avec Les femmes du 6e étage, Philippe Le Guay parvient à allier la précision de la comédie sociale au romantisme du conte de fées, bref à réenchanter le monde, sans jamais céder aux sirènes de la mièvrerie. 

Fabrice Luchini dans "Les femmes du 6è étage" de Philippe Le Guay
Fabrice Luchini dans "Les femmes du 6è étage" de Philippe Le Guay SND

Ecouter l’entretien d’Elisabeth Lequeret avec Philippe le Guay, réalisateur du film « Les femmes du 6e étage ».

Lire aussi :
Mortelle solitude, sur le film Sous les toits de Paris du Kurde irakien Hiner Saleem, rfi, 20/11/2007

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.