France / Catastrophes naturelles

France : Xynthia, une tempête qui coûte cher

L'Aiguillon-sur-mer, village inondé en Vendée après le passage de la tempête Xynthia, le 28 février 2010.
L'Aiguillon-sur-mer, village inondé en Vendée après le passage de la tempête Xynthia, le 28 février 2010. REUTERS/Regis Duvignau

Un an après la tempête Xynthia, un plan national de protection contre la montée des eaux marines a été adopté par le gouvernement français. Plusieurs centaines de millions d'euros seront nécessaires à son application et les collectivités locales s'inquiètent pour l'addition qui leur sera présentée.

Publicité

L'effondrement des digues avait causé la mort de 47 personnes et entraîné 2 milliards et demi d'euros de dégâts. Pour renforcer la sécurité, des mesures de surveillance et de protection ont été décidées dans un plan national coordonné par le ministère du Développement durable.

D'ici 2016, l'Etat apportera 500 millions d'euros mais il est prévu que la majorité des fonds nécessaires retomberont sur les collectivités locales. Ainsi, pour renforcer 1 200 km de digues, sachant qu'un km vaut un million d'euros, le financement sera entre 60 et 75% à la charge des collectivités. Sans compter l'entretien régulier qui devra ensuite être assuré, évalué à 140 millions d'euros par an.

Les maires des petites communes concernées craignent de ne pouvoir faire face à la dépense. Maxime Bono, député-maire de La Rochelle et président de la mission d'information sur la tempête Xynthia, propose la création d'un financement permanent pour l'entretien des digues. Le fonds de prévention des risques naturels, créé en 1995 par une surtaxe sur les contrats d'assurances, ne suffit déjà plus à tous les besoins.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail