France

Le débat sur la laïcité indigne les associations musulmanes de France

Abdallah Zekri a déchiré sa carte de l'UMP pour protester contre le débat que compte lancer son parti le 5 avril sur la laïcité et l’islam.
Abdallah Zekri a déchiré sa carte de l'UMP pour protester contre le débat que compte lancer son parti le 5 avril sur la laïcité et l’islam. AFP PHOTO JACK GUEZ

Alors que le débat sur la laïcité, initialement débat sur l'islam voulu par le président de la République et organisé sous l'égide de l'UMP doit avoir lieu le 5 avril prochain, les représentants des musulmans de France : la Fédération nationale de la Grande mosquée de Paris, le CDMF, Conseil des démocrates musulmans de France et le collectif banlieue respect ont lancé le 10 mars un appel pour la dignité de l'islam de France à la Grande mosquée de Paris.

Publicité

Plusieurs responsables associatifs des musulmans de France se sont réunis pour exprimer leur indignation concernant le débat sur la laïcité. C'est le cas d'Abderahmane Dahmane, président du Conseil des démocrates musulmans de France : « 

hier, l’islam était bon pour sauvegarder les valeurs de la République, et aujourd’hui, cet islam est montré du doigt

».

Ce dernier qui est aussi conseiller technique chargé de la diversité à l'Elysée et
ancien secrétaire national chargé de l'immigration à l'UMP, est interpellé par le responsable d'une section UMP du Gard, Abdallah Zekri.

Ce militant, qui dans un geste de colère a déchiré avec rage sa carte de l'UMP, a exhorté d'autres élus à faire de même : « moi je demande à Monsieur Dahmane d’avoir le courage de faire un appel aux Fançais musulmans qui sont à l’UMP, comme moi, de démissionner et de déchirer leur carte. On ne peut pas être dans un parti qui est en train de nous stigmatiser et qui parle de l’islam et qui attaque en permanence».

De son coté, Dalil Boubakeur le recteur de la Grande mosquée de Paris a appelé à l'annulation de ce débat : « Non, je dis non. Je suis citoyen, j’aime ce pays, j’aime sa culture, je la défendrai, mais je défendrai ce qui m’est sacré, qui n’a rien à voir avec ce débat politique. Je souhaite que ce débat soit annulé par le président de la République ».

Avant même d'avoir commencé, ce débat sur la laïcité est vivement contesté.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail