Accéder au contenu principal
Cinéma / 64e Festival de Cannes

La sélection 2011 de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes

"Après le Sud" (2010) de Jean-Jacques Jauffret
"Après le Sud" (2010) de Jean-Jacques Jauffret Quinzaine des Réalisateurs 2011/Neon Productions/Explicit Films

Avec la première mondiale de son film Impardonnables, le cinéaste français André Téchiné sera la star de la 43e édition de la Quinzaine des réalisateurs qui se déroulera du 12 au 22 mai dans le cadre du Festival de Cannes. Parmi les 1 300 long métrages visionnés, seulement 21 films ont été sélectionnés pour la compétition officielle.

Publicité

La sélection 2011 confirme la grande liberté de ton et l’éclectisme qui caractérise la Quinzaine des réalisateurs depuis sa création en 1969. Cette année, elle fait la part belle aux premiers films, candidats à la Caméra d’Or, avec huit œuvres dont trois françaises. Après le sud de Jean-Jacques Jauffret nous plonge dans le tourbillon de quatre vies quotidiennes semées de blessures. La fin du silence de Roland Edzard règne dans une maison isolée et plein de violence dans les Vosges. En ville de Valérie Mréjen et Bertrand Schefer dépeint l’amour bouleversant entre une fille de seize ans avec un photographe d’une quarantaine d’années.

"En Ville", un film de Valérie Mréjen et Bertrand Schefer (France, 2011)
"En Ville", un film de Valérie Mréjen et Bertrand Schefer (France, 2011) Aurora Films

La Fée, un film fou, burlesque, très visuel

Frédéric Boyer, délégué général de la Quinzaine des Réalisateurs 2011
Frédéric Boyer, délégué général de la Quinzaine des Réalisateurs 2011 Quinzaine des Réalisateurs 2011

Et il y a des revenants à la Quinzaine comme l’artiste multidisciplinaire Gust Van den Berghe qui présente Blue Bird (ou comment une journée dans la vie d’un enfant peut changer son monde), sans oublier des réalisateurs mythiques comme André Téchiné qui nous embarque dans une vie de couple dans Impardonnables avec Carole Bouquet, André Dussolier et Mélanie Thierry à l’affiche. Pour Frédéric Boyer, délégué général de la Quinzaine, c’est aussi l’Europe qui a le vent en poupe : « On a un très grand film suédois, Play. Il y a pas moins de trois films belges, avec notamment La Fée de Dominique Abel, Bruno Rémy et Fiona Gordon. Il fera l'ouverture de la Quinzaine. C'est un film fou, burlesque, très visuel. »

La Quinzaine continue à oser, par exemple dans les séances spéciales avec une version director’s cut de 2 heures 23 minutes du réalisateur japonais Sion Sono. Koi no Tsumi se révèle comme un thriller obsédé par le sexe qui frôle le mauvais goût. La réalisatrice marocaine Leïla Kilani est née en 1970 à Casablanca et vit aujourd’hui entre Paris et Tanger. Elle se lance dans la compétition officielle avec son premier long métrage Sur la planche, un film noir avec quatre filles « sous les auspices conflictuels du rêve du mondialisme ».

"Koi no Tsumi" du réalisateur japonais Sion Sono
"Koi no Tsumi" du réalisateur japonais Sion Sono DR

Chatrak, l’histoire entre un jeune bengali et un soldat européen

Le continent asiatique est fièrement représenté par le film indien Chatrak ou l’histoire d’un jeune bengali et d’un soldat européen. Le réalisateur Vimukhti Jayasundara qui a déjà été couronné de la Caméra d’or. « On n'a pas réussi à trouver un film à Hong Kong, regrette Frédéric Boyer. Il y avait peu de choses en Chine et en Corée : beaucoup de films commerciaux, et d'autres qui ne sont pas encore finis. Parfois, il y a des projets passionnants, mais nettement trop longs. »
 
La Quinzaine des réalisateurs est organisée par la Société des réalisateurs de films et présente cette fois également 14 courts métrages passionnants, d’une durée allant de cinq à cinquante minutes comme Vice Versa One, un film afghan en noir et blanc de Shahrbanoo Sadat. 

 - Après le sud, France, 1h29 (2011) de Jean-Jacques Jauffret

- Atmen (Breathing), Autriche, 1h38 (2011)de Karl Markovics
- Blue Bird, Belgique, 1h26 (2011) de Gust Van den Berghe
- Busong de Palawan Destin, Philippines, 1h33 (2011) de Auraeus Solito
- Chatrak, France, Inde, 1h30 (2011)de Vimukthi Jayasundara
- Code Blue, Pays-Bas, Danemark, 1h21 (2011), de Urszula Antoniak
- Corpo celeste, Italie, Suisse, France, 1h40 (2011) de Alice Rohrwacher
- Eldfjall, Danemark, Islande, 1h39 (2011) de Rúnar Rúnarsson
- En Ville, France, 1h15 (2011) deBertrand Schefer et Valérie Mréjen
- Impardonnables, France, 1h50 (2011) de André Téchiné
- Jeanne captive, France, 1h32 (2011) de Philippe Ramos
- La Fée, France, Belgique, 1h33 (2011) de Fiona Gordon, Dominique Abel et Bruno Romy
- La Fin du silence France, 1h20 (2011) de Roland Edzard
- Les Géants, Belgique, France, Luxembourg, 1h25 (2011) de Bouli Lanners
- O Abismo prateado (La Falaise argentée), Brésil, 1h22 (2011) de Karim Aïnouz
- Play, Suède, France, Danemark, (2011) de Ruben Östlund
- Porfirio, Colombie, Espagne, Uruguay, Argentine, France, 1h41 (2011) de Alejandro Landes
- Return, Etats-Unis, (2011) de Liza Johnson
- Sur la planche, Maroc, France, Allemagne, 1h50 (2011) de Leïla Kilani
- The Island, Bulgarie, Suède, 1h50 (2011) de Kamen Kalev
- The Other Side Of Sleep, Pays-Bas, Hongrie, Irlande, 1h31 (2011) de Rebecca Daly

 

 

Abécédaire de Cannes 2011

Notre dossier spécial

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.