Cinéma / 64e Festival de Cannes

L’exercice du pouvoir, Pierre Schoeller suit l’odyssée d'un homme d’Etat

"L'Exercice de Pouvoir", de Pierre Schoeller, présenté dans Un certain regard
"L'Exercice de Pouvoir", de Pierre Schoeller, présenté dans Un certain regard Jérôme PREBOIS

La politique française a été très présente au Festival de Cannes. La réalité avec l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn pour tentative de viol a rattrapé la fiction. Gros battage médiatique autour de La conquête, le film présenté mercredi hors compétition qui raconte l'ascension au pouvoir de Nicolas Sarkozy et vrai succès de festival pour L'exercice du pouvoir présenté dans la section Un certain regard.

Publicité

L'exercice du pouvoir de Pierre Schoeller est une excellente surprise du festival. Une fiction qui aide à comprendre la réalité politique et un drôle d'écho à l'actualité. Le film s'ouvre sur une femme nue et offerte qui traverse un palais de la république pour aller se jeter dans la gueule grande ouverte d'un crocodile. Ce n'est qu'un rêve du ministre. Le spectateur suit l'odyssée de l'homme d'Etat, son rude quotidien, ses révoltes, ses luttes politiques, ses compromissions. Il dessine aussi les contours d'un Etat qui dévore ceux qui le servent. Les interprétations d'Olivier Gourmet en ministre, de Michel Blanc en directeur de cabinet et de Zabou Breitman en chargé de communication sont magistrales.
 

Abécédaire de Cannes 2011
Notre dossier spécial

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail