Accéder au contenu principal
France / Politique

Le PS uni adopte son projet pour la présidentielle de 2012

François Hollande (G), Bertrand Delanoë, Martine Aubry et Ségolène Royal (D) étaient réunis à Paris pour l’adoption du projet socialiste pour la présidentielle de 2012, le 27 mai 2011.
François Hollande (G), Bertrand Delanoë, Martine Aubry et Ségolène Royal (D) étaient réunis à Paris pour l’adoption du projet socialiste pour la présidentielle de 2012, le 27 mai 2011. REUTERS/Gonzalo Fuentes
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Unité affichée le samedi 28 mai 2011 pour les socialistes français. Ils étaient réunis en convention à Paris, à la Halle Freyssinet, pour adopter le projet du Parti socialiste pour la présidentielle de 2012. Une adoption réussie. Le projet intitulé « Le Changement » a été voté à l’unanimité des délégués. Derniers instants de répit avant le début de la campagne pour la primaire socialiste qui doit désigner à l’automne le candidat du parti.

Publicité

Notre projet, nous l’avons bâti pour vous. Pour vous ouvriers, employés, agriculteurs, cadres…

Martine Aubry

La bataille interne sera pour plus tard. Avant de laisser la place au choc des ambitions, la Halle Freyssinet a été le cadre d’une belle photo de famille avec tous les ténors du PS : Ségolène Royal, François Hollande, les anciens premiers secrétaires dont, c’est à noter, Lionel Jospin.

L’image d’une famille unie à la grande joie de la première des socialistes Martine Aubry : « C’est un très beau jour j’espère pour la France et pour les Français parce qu’aujourd’hui tous les socialistes sont là, unis pour ne dire qu’une seule chose à la fois simple et très forte : nos sommes prêts. Donc c’est un très grand jour, je pense, en tous les cas pour nous tous, de nous sentir tous là et de savoir que nous avons la capacité à la fois de redresser la France, de remettre la justice au cœur même de la France et de la rassembler ».

Mais au PS les égos ne sont jamais très loin. Et même si tous ont insisté sur le besoin d’unité, on aura tout de même noté le triomphe fait par les délégués à Martine Aubry et l’accueil « poli » réservé à François Hollande.

Pas d’annonce de candidature pour Aubry

Elle a tellement insisté sur le respect du calendrier qu’elle n’allait pas, elle-même, accélérer. Ceux qui attendaient donc que Martine Aubry se déclare à l’occasion de cette convention nationale sur le projet 2012 devront faire preuve de patience. Le dépôt des candidatures c’est le 28 juin et avec Martine Aubry : la règle, c’est la règle.

Mais cela ne l’empêche pas, puisqu’elle a sous la main un projet adopté à l’unanimité des délégués, de prononcer un vrai discours-programme, un discours de candidate avec un message ancré à gauche : Les Français ne demandent pas la lune, ils demandent justice et ils demandent de croire que demain sera meilleur qu’aujourd’hui.

Devant elle, les principaux hiérarques socialistes écoutent sagement assis en rang d’oignon. Il y a là des Strauss-Kahniens mélancoliques, François Hollande qui échange et même qui plaisante avec Ségolène Royal, Bertrand Delanoë qui fait écran avec un Laurent Fabius impénétrable. Une très belle photo de famille, peut être la dernière avant quelques temps.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.