France

Primaires socialistes : Martine, François, Ségolène et les autres

François Hollande (à gauche) et Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée nationale en novembre 2010.
François Hollande (à gauche) et Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée nationale en novembre 2010. Reuters/Jacky Naegelen
Texte par : RFI Suivre
9 mn

La première secrétaire du PS Martine Aubry s'est, comme prévu, déclarée ce mardi 28 juin 2011 candidate aux primaires socialistes. Elle rejoint dans la course d’autres ténors socialistes comme François Hollande, Arnaud Montebourg, Ségolène Royal ou encore Manuel Valls. Les primaires auront lieu les 9 et 16 octobre prochains.

Publicité

Les députés socialistes ne se sont pas pressés pour réagir à cette candidature de Martine Aubry. Il est en effet difficile pour certains de soutenir officiellement l'un ou l'autre des ténors qui se présentent à ces primaires.

Réactions à l'Assemblée nationale

« Je crois que ça y est, la primaire est vraiment partie », a estimé le président du groupe PS à l'Assemblée nationale Jean-Marc Ayrault, après la déclaration de candidature de Martine Aubry. « Il faut que ça soit une réussite », a-t-il ajouté.

Pour cela, a-t-il estimé, « il faut que cette primaire soit exemplaire, que les candidats le soient -et il n'y a pas de raison qu'ils ne le soient pas-, mais aussi que les entourages le soient ». Interrogé sur les moyens d'éviter « une guerre des chefs », Jean-Marc Ayrault a concédé : « c'est bien le risque ».

François Hollande en tête des sondages

Avant la première secrétaire Martine Aubry, d’autres poids lourds avaient annoncé qu’ils se lançaient dans la bataille : le député de Corrèze François Hollande, le député et président du conseil général de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg, la présidente de Poitou-Charentes Ségolène Royal et le député-maire d'Evry (Essonne) Manuel Valls.

Huit autres personnes, beaucoup moins connues, souhaitent être candidats, parmi lesquels l'ancien président des Mutuelles de France, Daniel Le Scornet et l'actuel maire de Saint-Dié (Vosges), Christian Pierret.

Quant au député du Doubs Pierre Moscovici, proche de Dominique Strauss-Kahn, il dit s'interroger encore et devrait annoncer sa décision cette semaine.

Dans les sondages, François Hollande reste le candidat préféré des sympathisants de gauche et des sympathisants socialistes, avec respectivement 39% et 43% des préférences. Martine Aubry est à 30% et 34%, en hausses respectives de huit et onze points.

Les principaux protagonistes

Candidats déclarés

* Martine Aubry
, 60 ans, a annoncé sa candidature mardi depuis sa ville de Lille. Première secrétaire du PS depuis novembre 2008, l'ex-numéro deux du gouvernement Jospin a une image de travailleuse ayant remis sur les rails et rassemblé un parti déchiré par le Congrès de Reims. Elle s'est trouvée brutalement dégagée, le 14 mai 2011, du pacte qui la liait à Dominique Strauss-Kahn, selon lequel le mieux placé se présenterait aux primaires.

* François Hollande, 56 ans, ancien premier secrétaire du PS, député de Corrèze, a annoncé sa candidature le 31 mars, dans la foulée de sa réélection à la tête du conseil général de Corrèze. Celui qui se présente comme un candidat « normal » a dit vouloir « ouvrir un nouveau temps pour la France ».

* Ségolène Royal, 57 ans, présidente de la région Poitou-Charentes, candidate à la présidentielle de 2007. Prétendante pour prendre la tête du PS au congrès de Reims en 2008, elle été battue de peu par Martine Aubry, après une lutte acharnée. Depuis avril 2010, elle s'est toutefois rapprochée de son ancienne rivale. Elle a annoncé sa candidature le 29 novembre dernier.

* Manuel Valls, 48 ans, député-maire d'Evry (Essonne), fils d'immigré catalan, né à Barcelone (Espagne), ex-proche de Ségolène Royal, le premier à se déclarer candidat le 14 juin 2009. Il avait remisé sa candidature derrière celle de DSK. Mais après la mise à l'écart de ce dernier, il a décidé le 7 juin de la réactiver et de reprendre sa « marche en avant ».

* Arnaud Montebourg, 48 ans, député et président du conseil général de Saône-et-Loire. Architecte de la primaire socialiste, le secrétaire national à la rénovation a déclaré sa candidature dans son fief de Frangy-en-Bresse, le 20 novembre et publié un livre Des idées et des rêves puis récemment s'est fait l'apôtre de la démondialisation.

Candidat incertain

* Pierre Moscovici, 53 ans, ancien ministre, député du Doubs, secrétaire national du PS, répétait qu'il se présenterait aux primaires si DSK n'y allait pas. Depuis l'éviction de son champion, il hésite à se rallier à un candidat(e) ou se lancer lui-même dans l'aventure, car il se sent « l'héritier du socialisme démocratique ». Il annoncera sa décision dans la semaine.

Candidat empêché

* Dominique Strauss-Kahn, 61 ans, ex-directeur général du Fond monétaire international (FMI), ex-star des sondages qui devait annoncer sa candidature, mais ne pouvait rien dévoiler de ses intentions, devoir de réserve oblige. Sa vie a basculé le 14 mai 2011 à New York où, accusé de crimes sexuels par une femme de chambre d'un hôtel, il est arrêté à l'aéroport. Il est depuis assigné à résidence et plaide non coupable.

(avec AFP)
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail