Accéder au contenu principal
FRANCE/SECURITÉ

Dix ans du 11-Septembre : la France face au défi du terrorisme

Des soldats français patrouillent sous la Tour Eiffel dans le cadre du plan Vigipirate, le 10 septembre 2011.
Des soldats français patrouillent sous la Tour Eiffel dans le cadre du plan Vigipirate, le 10 septembre 2011. AFP PHOTO Miguel Medina
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En France, une cérémonie pour commémorer les attentats du 11-Septembre s'est déroulée vendredi 9 septembre 2011 à l'ambassade américaine à Paris. La France, où le niveau de vigilance reste élevé mais contrairement aux Etats-Unis le 11-Septembre 2001 n'a pas entrainé une révolution policière car les forces de l'ordre avaient déjà connu des séries d'attentats, en 1986 et 1995, des événements qui avaient aidé à sa modernisation.

Publicité

Depuis plus de 20 ans, la police française concentre l'essentiel de ses efforts sur le renseignement pour faire obstacle aux attentats. Après le 11 septembre 2001, plus que d'une profonde restructuration, il s'est donc surtout s’agit de s'adapter au nouveau modus operandi des terroristes : à savoir, l'utilisation d'un avion comme appareil kamikaze. Cependant à chaque commémoration ou à l'occasion des fêtes de fin d'années, le gouvernement renforce systématiquement le plan Vigipirate, comme s'il était la clé de voûte de la lutte antiterroriste.

Pour Alain Bauer spécialiste du terrorisme, ces mesures relèvent plus d'une simple communication que d'une réelle stratégie de défense : « On prend des mesures pour rassurer la population. Ce sont ce qu’on appelle des gesticulations nécessaires mais pas systématiquement utiles qui permettent de dire ‘écoutez nous sommes sensibles à l’émotion’. Et donc les mesures sont renforcées à cette occasion même si la réalité du terrain c’est que l’activité des services de police et de renseignement c’est de faire ce qui ne se voit pas, ce qui permet que les attentats n’aient pas lieu, c’est-à-dire du renseignement, du renseignement, du renseignement et dans ce cas précis du renseignement humain, du renseignement humain et encore du renseignement humain ».

Si le plan Vigipirate comprend toujours quatre niveaux d'alerte de blanc à écarlate, les spécialistes précisent cependant que le danger est désormais permanent. Le terrorisme, notent-ils, n'est plus l'œuvre exclusive de groupes venus de l'étranger.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.