AZF

Catastrophe d'AZF : Total et son ancien directeur sur le banc des prévenus

Total et son ex-PDG, Thierry Desmarest, se retrouvent placés au rang des prévenus du procès en appel de la catastrophe AZF.
Total et son ex-PDG, Thierry Desmarest, se retrouvent placés au rang des prévenus du procès en appel de la catastrophe AZF. AFP PHOTO MARTIN BUREAU
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le 11 septembre 2001, l'usine chimique AZF explosait à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, faisant trente-et-un morts et plus de 2 500 blessés. Le groupe Total et son ancien PDG, Thierry Desmarets sont sur le banc des prévenus dans le procès en appel de la catastrophe qui s'est ouvert la semaine dernière. Ils sont poursuivis pour homicides et blessures involontaires. La cour d'appel de Toulouse a décidé mercredi 9 novembre 2011 de placer le géant pétrolier et son ex-patron, au même rang que les deux accusés : l'ancien directeur de l'usine et la société proporiétaire d'AZF, filiale de Total.

Publicité

Juridiquement, c'est une étrange situation. La même, certes, qu'en première instance en 2009, mais qui maintient Total et Thierry Desmarets en position de « prévenus virtuels », selon la formule de leur principal avocat .
Prévenus parce que, jusqu'à la fin de l'audience, le groupe et son ex-PDG seront traités comme l'ancien directeur et le propriétaire d'AZF, accusés de blessures et homicides involontaires dans l'explosion du 21 septembre 2001 qui avait fait 31 morts et plusieurs milliers de blessés.

La cour a exigé la présence de Thierry Desmarets à l'audience, au moins lundi prochain puis les 7 et 21 février. C'est ce que réclament la plupart des parties civiles, dont certaines comme il y a deux ans, ont usé de la citation directe contre la maison mère d'AZF. Car l'instruction avait, elle, refusé la mise en examen.

D'où ce statut étrange de prévenus mais virtuels. Car la cour d'appel a, comme le tribunal correctionnel, différé sa décision sur cette demande de poursuites jusqu'au jugement, pas avant mai ou juin 2012. On ne saura que ce jour-là si Total et Desmarets sont ou non mis en cause. Et si oui, s'ils sont relaxés ou condamnés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail