Accéder au contenu principal
FRANCE / PRESIDENTIELLE

Marine Le Pen a présenté les grandes lignes de son programme présidentiel

Marine Le Pen, patronne du Front national, à la fin du rassemblement où elle a présenté les grandes lignes de son projet pour la présidentielle, le 19 novembre 2011 à Paris.
Marine Le Pen, patronne du Front national, à la fin du rassemblement où elle a présenté les grandes lignes de son projet pour la présidentielle, le 19 novembre 2011 à Paris. reuters / Benoit Tessier
Texte par : RFI Suivre
4 mn

La candidate du Front national à la présidentielle Marine Le Pen a lancé ce samedi 19 novembre 2011 sa campagne à Paris. Elle a présenté les grandes lignes de son programme devant un millier de sympathisants. L'euro, l'économie, l'immigration : dans son discours, la présidente du parti d'extrême droite a promis aux Français de leur rendre leur fierté.

Publicité

L'intérêt des Français avant tout, l'intérêt des Français par-dessus tout !

Marine Le Pen, présidente du Font national.

Une révolution «bleu marine, blanc, rouge», c’est ce que la présidente du Front national propose aux électeurs pour 2012.

Pendant plus d’une heure, Marine Le Pen a dévoilé sa France : une France qu’elle veut «rendre à son peuple» et dont elle veut faire renaître l’esprit. Comme à son habitude, elle a commencé par une charge contre les élites dévoyées et mondialisées qui vouent un culte à l’euro.

La méthode consiste d’abord en une réforme constitutionnelle par référendum, qui serait, selon elle, la seule façon de modifier la Constitution à l’avenir. Une révision qui mettrait en place un septennat non renouvelable et le scrutin proportionnel à toutes les élections. Une réforme de la justice aussi, où les jurés populaires et les victimes prendraient plus d’importance.

Marine Le Pen présidente, ce serait aussi une politique de ré-industrialisation -sans plus de précisions-, menée par un Etat stratège, un Etat fort «dans la tradition française», explique-t-elle.

Un Etat qui mettrait l'accent sur la sécurité, sur la famille et sur l'école. Le chapitre traditionnel sur l'immigration qui doit cesser est bien présent -comme d'habitude-, et comme d'habitude il est le plus applaudi.  

Le volet final sur la politique internationale d'une France souveraine, puissance d'équilibre à l'ambition mondiale, est un passage obligatoire pour un candidat mais il semble beaucoup moins passionner une assistance manifestement repue à la fois des mets et des mots qui lui ont été servis.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.