Accéder au contenu principal
France/Transports

Le mouvement de grève des agents de sécurité dans les aéroports s'essouffle

O terminal 2F do aeroporto Roissy-Charles de Gaulle em Paris.
O terminal 2F do aeroporto Roissy-Charles de Gaulle em Paris. Getty Images/Andrew Holt
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les agents de la sécurité dans les aéroports français doivent se prononcer lundi 26 décembre sur la poursuite du conflit. Mais le mouvement, commencé il y a maintenant dix jours, s’essouffle et le trafic était quasi-normal en ce jour de Noël.

Publicité

Les patrons des entreprises de sécurité proposent à leurs salariés une prime annuelle d'un montant équivalent à un mois de salaire. Ces salaires se situent en moyenne entre 1 100 et 1 600 euros par mois. Mais les syndicats exigent une augmentation de 200 euros des rémunérations mensuelles et jugent cette proposition insuffisante.

Cependant le conflit s’essouffle et à l'aéroport de Toulouse-Blagnac les agents de sécurité ont voté la reprise du travail. A Roissy 30% des grévistes ont également mis fin à leur mouvement de grève, entamé le 16 décembre. La situation était normale à l'embarquement de cet aéroport parisien en raison de la présence des membres de la police aux frontières et de la gendarmerie du transport aérien mobilisés pour remplacer les agents en grève.

A Lyon Saint-Exupéry où le mouvement était très suivi au début du conflit, les départs s'effectuaient normalement. Il en était de même à Lille, Beauvais et Bordeaux. Les syndicats cherchent maintenant comment sortir de l'impasse et le vote de lundi devrait renseigner sur la mobilisation de la base dans un conflit qui menace de s'enliser.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.