France/Social

France : la taxe contre les loyers abusifs des chambres de bonne entre en vigueur

La ministre du Budget Valérie Pécresse a fait valoir que «plus on abuse plus on est taxé»..
La ministre du Budget Valérie Pécresse a fait valoir que «plus on abuse plus on est taxé».. (AFP/Boris Horvat)

A partir du 1er janvier 2012, les propriétaires qui pratiquent des loyers jugés excessifs sur les petits logements, généralement des chambres de bonnes, seront taxés. Le gouvernement entend lutter contre l'envol des loyers dans ces logements occupés par des étudiants ou des personnes à faible ressources.

Publicité

Dans les grandes villes mais surtout à Paris en raison de la pénurie de logements, des chambres de bonnes de moins de quatorze mètres carrés se louent jusqu'à 600 euros par mois.

Désormais pour ces logements, le maximum est fixé à 40 euros le mètre carré et au-delà une taxe est imposée.Une taxe qui va de 10% jusqu'à 40% en fonction de l'écart entre le loyer perçu et ce montant de référence. Ce que la ministre du Budget Valérie Pécresse définissait par « plus on abuse, plus on est taxé ».

Cette mesure est destinée à enrayer la dérive de certains loyers de chambre d'étudiants ou de logements occupés par des personnes à faible revenu alors que les loyers ont augmenté de 58% en dix ans à Paris.

Mais cette taxe ne convainc pas tout le monde. Pour les socialistes, c'est un véritable encadrement des loyers au moment de la location qui conviendrait. Quant aux professionnels de l'immobilier, ils soulignent que beaucoup de ces chambres de bonnes ou tous petits logements sont loués au noir et échappent donc à toute réglementation.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail