Accéder au contenu principal
France / Armées

Vœux aux armées : Nicolas Sarkozy confirme le calendrier de retrait des troupes françaises d’Afghanistan

Le président français Nicolas Sarkozy sur la base de Lanvéoc-Poulmic, dans le Finistère, le 3 janvier 2012.
Le président français Nicolas Sarkozy sur la base de Lanvéoc-Poulmic, dans le Finistère, le 3 janvier 2012. REUTERS/Fred Tanneau/Pool
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le président français Nicolas Sarkozy est en déplacement ce mardi 3 janvier 2012 près de Brest en Bretagne pour ses vœux aux forces armées. Des voeux présentés dans l’enceinte de l’école navale de Lanvéoc-Poulmic. Le président de la République a d’abord rendu hommage aux soldats français tués en Afghanistan.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à l'école navale de Lanvéoc-Poulmic

Devant les élèves de l’école, le président français Nicolas Sarkozy a tout d’abord rendu hommage aux deux soldats français tués en Afghanistan il y a quelques jours : « Chaque fois que je prends la décision d’engager nos forces, je sais qu’il se peut que certains ne reviennent pas vivants ».

Le président a rappelé que le retrait d’Afghanistan était en cours et qu’il en parlerait dès le 27 janvier prochain avec le président afghan Hamid Karzaï. Nicolas Sarkozy a tenu à souligner le rôle de la France sur la scène internationale : « La puissance de la France n’est pas uniquement économique et diplomatique, elle est aussi militaire. La France conserve cette capacité à hausser le ton sur la scène internationale », a-t-il encore insisté. Il a bien sûr rappelé le succès de l’intervention française en Libye, mais il a aussi fait part de « l’écoeurement de la France face aux massacres commis par le régime syrien. Le président syrien doit quitter le pouvoir et laisser son peuple décider de son destin ».

Enfin, devant les militaires, Nicolas Sarkozy a clairement répondu à la candidate d’Europe Ecologie-Les Verts, Eva Joly, en affirmant que « le 14-Juillet devait demeurer le jour où l’armée et la nation communient autour des valeurs de la République. Je ne pourrais accepter que ce défilé soit remis en cause ».
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.