France / Politique

Vœux aux parlementaires : le discours offensif de Sarkozy

Le président français Nicolas Sarkozy, lors de la cérémonie des voeux aux parlementaires, le 11 janvier 2012 à Paris.
Le président français Nicolas Sarkozy, lors de la cérémonie des voeux aux parlementaires, le 11 janvier 2012 à Paris. REUTERS/Eric Feferberg/Pool

Crise oblige, le président français Nicolas Sarkozy a exhorté les parlementaires qu’il recevait, ce mercredi 11 janvier au soir à l’Elysée à plus de rigueur budgétaire. Un discours offensif -à quatre mois de la présidentielle- et durant lequel le futur candidat a copieusement critiqué l’opposition socialiste.

Publicité

Accueil républicain en fanfare pour les parlementaires à l’Elysée. Le président a prévu le champagne et les petits fours. Mais à cent jours de la présidentielle, il a surtout gardé ses meilleures cartouches pour cibler l’opposition, notamment dans son refus d’adopter la règle d’or budgétaire : « Tous les gouvernements de la zone euro, a martelé Nicolas Sarkozy, de droite comme de gauche, sont d’accord pour se doter de cette règle dans leur Constitution. Quels responsables politiques pourraient faire croire que cette règle d’or n’est pas nécessaire ».

Et toujours dans le viseur de Nicolas Sarkozy, les collectivités locales, principalement dirigées par la gauche : « Je sais bien que chaque jour dans les communes de France, 500 000 élus locaux sont au service de nos concitoyens. Mais j’appelle tous les élus locaux à entendre le message que vient de leur adresser le premier président de la Cour des comptes : une réelle maîtrise de la dépense locale passe par une gestion plus rigoureuse des effectifs de la fonction publique territoriale ».

Pour les quelques élus de gauche présents à l’Elysée, c’est bien évidemment et sans surprise la douche froide. Et la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann de dénoncer des vœux totalement partisans, des vœux de campagne du futur candidat UMP : « C’était manifestement des vœux offensifs, très sarkoziens, très de combat, complètement d’un président militant de l’UMP. D’ailleurs 80% de son discours, c’était contre les socialistes, ce qui est quand même très fâcheux ». Nicolas Sarkozy réunira dans un mois les associations d’élus locaux « pour les associer à l’effort de réduction des déficits publics ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail