Accéder au contenu principal
FRANCE / JUSTICE

France : Jean-Paul Guerlain regrette une «imbécillité» après ses propos sur les «nègres»

Le descendant du fondateur de la célèbre maison de parfums Guerlain, Jean-Paul Guerlain, comparaissait jeudi 9 février devant la justice à Paris pour injure raciale.
Le descendant du fondateur de la célèbre maison de parfums Guerlain, Jean-Paul Guerlain, comparaissait jeudi 9 février devant la justice à Paris pour injure raciale. AFP Photo/ Olivier Laban-Mattei
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Seize mois après la polémique suscitée en France par ses propos peu courtois sur les noirs et les menaces de boycott des parfums Guerlain qui ont suivi, Jean-Paul Guerlain, descendant du fondateur de la célèbre maison, a regretté ce jeudi 9 février devant le tribunal correctionnel de Paris avoir commis ce qu'il qualifie d'« imbécillité ».

Publicité

Avec notre envoyé spécial au Palais de justice de Paris,

C’est pour créer le parfum Samsara que Jean-Paul Guerlain a soit disant travaillé comme un « nègre », ajoutant d’un air badin à la journaliste de France 2 qui l’interviewait en 2010 : « Je ne sais pas si les nègres ont beaucoup travaillé mais enfin ! ».

A la barre, Jean-Paul Guerlain, 75 ans, cheveu blanc et canne à la main prend un air contrit : « J’ai dit une imbécillité », confesse-t-il avant de se lancer dans une explication alambiquée. « Travailler comme un nègre, c’est une expression de ma jeunesse, très courante à l’époque. Quant à la deuxième phrase, " je ne sais pas si les nègres ont beaucoup travaillé ", c’était pour faire rire la journaliste », explique-t-il.

Puis le vieil homme tente de convaincre la cour qu’il n’a rien d’un raciste. Par exemple : « J’ai beaucoup travaillé avec des noirs en Afrique » ou encore « J’ai noué plus qu’une amitié avec une Togolaise ». Enfin, Jean-Paul Guerlain dit regretter profondément ces mots et présente ses excuses à la communauté noire.

« C’est un peu court », estime Dominique Sopo, président de SOS Racisme, l’une des parties civiles, soulignant que le mot « nègre » relève de l’injure, qu’il renvoie à l’esclavage, que ces propos sont un crachat au visage de nombreux Français et que le fait d’être né dans les années 30 n’est en rien une excuse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.