Accéder au contenu principal
FRANCE

Jean-Louis Borloo à la tête de Veolia? «Supputations», répond l’ancien ministre

Jean-Louis Borloo dément et affirme qu'il ne quittera pas la politique.
Jean-Louis Borloo dément et affirme qu'il ne quittera pas la politique. PHOTO / PIERRE VERDY
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La presse en faisait l’écho ce lundi 20 février : Nicolas Sarkozy est accusé de s’être entendu avec le patron d’EDF, Henri Proglio pour évincer le PDG de Veolia, Antoine Frérot. D’après les quotidiens Liberation et Les Echos, l’objectif serait de le remplacer par Jean-Louis Borloo. L’ancien ministre répond : « supputations et manipulations ».

Publicité

On pouvait avoir quelques doutes, depuis son spectaculaire retrait de la présidentielle, mais Jean-Louis Borloo l'assure, il n'a pas décidé de mettre un terme à sa carrière politique. Il n'est donc pas candidat à la direction de Veolia, lui qui a consulté plusieurs des membres de son conseil d'administration selon Liberation. Un peu plus tôt dans la journée, Nicolas Sarkozy lui-même a qualifié « d’absurde » l'hypothèse émise pourtant par plusieurs journaux.

En effet, la polémique tombe mal pour le candidat autoproclamé du peuple. « Candidat des conseils d'administrations et des arrangements », s'est empressé de corriger François Hollande. « Avant de partir, Nicolas Sarkozy place ses potes », s'indigne de son côté le Front national.

Cinq ans plus tard, l'ombre du Fouquet's plane de nouveau sur la campagne du président sortant. Henri Proglio, le PDG d'EDF qui a déjà fait le ménage à la tête d'Areva, est un ami de Nicolas Sarkozy. Et il était là, le soir du 6 mai 2007 parmi l'armée de grands patrons venus fêter son élection dans ce restaurant bling bling des Champs Elysées. Quant à Jean-Louis Borloo, le retrait de sa candidature, en octobre dernier, a été apprécié à l'Elysée.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.