PRÉSIDENTIELLE FRANCE 2012

France : réactions très vives après la proposition de François Hollande de taxer les riches à 75%

Cette taxation des super-riches est un appel à leur « patriotisme » a justifié François Hollande
Cette taxation des super-riches est un appel à leur « patriotisme » a justifié François Hollande Reuters/Fred Dufour

Faut-il taxer les plus riches à hauteur de 75% ? L'idée vient de François Hollande, candidat socialiste favori des sondages face au président sortant Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle en France. La veille, il avait créé la surprise en lançant cette idée lors d'une émission sur la télévision privée TF1. Nicolas Sarkozy a dénoncé « une impression d'amateurisme assez consternante ». Une déclaration faite ce mardi matin 28 février par le président-candidat en déplacement à Montpellier. A droite et au centre, les réactions sont très vives.

Publicité

Dans les couloirs de l'Assemblée nationale, les députés ont largement commenté la proposition de François Hollande qui vise à instaurer un taux d 'imposition de 75% pour les très hauts revenus.

Réaction de Nicolas Sarkozy

Le président du groupe PS a souhaité répondre à Nicolas Sarkozy qui quelques minutes plus tôt avait parlé d'« amateurisme consternant » à propos de François Hollande. « Je trouve que de traiter d’amateur quelqu’un qui est effectivement le professionnel de la défense des riches, ça fait sourire. Voilà ce que je dis à monsieur Sarkozy. La réponse, elle est claire : vous vous êtes le candidat du peuple ? Mais vous faites une politique qui est contre le peuple », a déclaré Jean-Marc Ayrault.

Notre dossier

Dans la majorité donc, les députés ont bien critiqués cette proposition et estiment qu'elle n’est pas crédible. Pour Patrick Ollier, ministre chargé des Relations avec le Parlement, « la campagne se gagnera sur la crédibilité. La crédibilité par rapport aux événements, par rapport aux propositions, la lucidité et le courage ».

Le chef de file des députés UMP dénonce de son côté la marxisation du Parti socialiste. « C’est complètement impréparé, on est dans l’absurde. Tout cela révèle un vrai sentiment de panique », estime Christian Jacob. Pour le secrétaire général de l'UMP, c'est une proposition qui « ne ressemble à rien ».

75% pour les plus fortunés, pourquoi pas 100% pendant qu’on y est ! Là on voit bien qu’on est dans le n’importe quoi.

Jean-François Copé

Le candidat MoDem à la présidentielle, François Bayrou a assuré que le « déconnomètre fonctionne à plein tube » et que le candidat socialiste a pris cette initiative « simplement parce qu'il faut aller à une émission, et dans une émission il faut annoncer quelque chose de nouveau ».

La taxation à 75% est une mesure confiscatoire qui n'est pas respectueuse de la réalité, selon Dominique Villepin, l'ancien Premier ministre et candidat à la présidentielle.

Il faut arbitrer entre une exigence sociale et une réalité économique si l’on veut être efficace.

Dominique de Villepin

Les foyers fiscaux dont les revenus annuels dépassent 1 million d'euros seraient entre 10 et 15 000 en France. La taxation à 75% interviendrait sur la part marginale, c'est à dire sur les revenus au-delà d' 1 million d'euros.

Actuellement le taux d'imposition le plus élevé est de 41% pour les revenus supérieurs à 71 000 euros pour un célibataire. Environ 500 000 foyers fiscaux sont concernés.

François Hollande avait déjà proposé une nouvelle tranche à 45% d'imposition pour les revenus supérieurs à 250 000 euros par an. Il propose donc aujourd'hui un barème encore plus progressif.

Combien cela va t-il rapporter ? Environ 150 millions d'euros, c'est à dire pas grand chose par rapport au budget de l'Etat de 172 milliards d'euros. Pas grand chose non plus par rapport au manque à gagner de l'Etat après la réforme de l'impôt sur la fortune, un manque à gagner évalué à 2 milliards et demi d'euros. Pas grand chose enfin par rapport à ce qui disparait dans les niches fiscales, soit environ 20 milliards d'euros.

Cette imposition à 75% qui porterait sur l'ensemble des revenus imposables (travail, pension, épargne, foncier...) relève donc surtout du symbole, et d'après les syndicats des impôts, ne provoquerait pas d'exil fiscal significatif.
 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail