France / Présidentielle / Travail

Travail : les salariés des instituts de sondage profitent de la présidentielle pour tirer l'alarme

Selon la dernière enquête d'opinion, commandée pour Les Echos et Radio classique et publiée jeudi 19 avril, F. Hollande et N. Sarkozy sont au coude à coude à 27.5 au 1er tour.
Selon la dernière enquête d'opinion, commandée pour Les Echos et Radio classique et publiée jeudi 19 avril, F. Hollande et N. Sarkozy sont au coude à coude à 27.5 au 1er tour. cc Flickr/Un singe qui parle

Au moment où chaque jour est ponctué par l’arrivée d’un nouveau sondage sur l'issue de l'élection présidentielle, les petites mains de ces instituts d’opinion ont décidé de parler de la précarité qui les touche. Ispos, BVA, Ifop, etc, en France le secteur des instituts de sondage compte près de 20 000 salariés, dont environ la moitié seraient des vacataires. Ils disposent d'un contrat à durée déterminée dit «d'usage» et sont payés à l'enquête et non à l'heure. La CGT dénonce des conditions de travail de plus en plus difficiles pour ces vacataires. Reportage.