FRANCE

Le Cran veut que les réparations liées à l'esclavage soient à l'agenda politique du gouvernement français

L'esclavage et la déportation de milliers d'Africains ont été le plus grand crime contre l'humanité qui reste encore impuni. Ce mardi 29 mai, plusieurs associations, le Cran (Conseil représentatif des associations noires), le comité d'organisation du 10 Mai, le MIR (Mouvement international pour les réparations) ont été reçues à Matignon pour parler des réparations liées à l'esclavage. C'est une grande première. Car si la question reste encore tabou, il est temps, selon le président du Cran, Louis Georges Tin, que la question des réparations soit inscrite à l'agenda politique.

Publicité

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail