France / Terrorisme

Le policier à Merah: «Tu es plus rusé que moi»

Un policier sur le balcon de l’appartement qu’occupait Mohamed Merah à Toulouse.
Un policier sur le balcon de l’appartement qu’occupait Mohamed Merah à Toulouse. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Le quotidien Libération publie ce mardi 17 juillet de nouveaux extraits des échanges qui ont eu lieu entre Mohammed Merah et les policiers du Raid, lors du siège de son appartement les 21 et 22 mars à Toulouse. L'agent de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) qui s'entretient avec le jihadiste français confesse avoir raté sa surveillance.

Publicité

Ce mercredi 21 mars, tôt le matin, l'agent de la DCRI toulousaine qui a suivi Merah est appelé par les hommes du Raid pour parler avec celui qu'il a déjà interrogé et qu'il croyait connaître. D'emblée, Hassane, l'agent de renseignement, tente de comprendre ce qui lui a échappé : « Vas-y maintenant, tu peux mettre cartes sur table, dit-il, tu me racontes la vérité. Roule. »

Et le policier va en prendre pour son grade, car Merah avoue qu'il a commis une grosse erreur, une erreur non détectée : « J'étais en pleine zone tribale dans le Waziristan, annonce Merah, et j'ai envoyé des emails à ma mère. Apparement, vous en savez rien du tout..  »

Merah était alors persuadé d'avoir été repéré par les cyber-policiers. Il n'en fut rien. Embarrassé, Hassane confesse : « Et ben, on savait pas grand-chose de toi... »

Visiblement, Merah n'en revient pas d'avoir aussi facilement berné la police française. Il parle du debriefing qu'il a eu avec l'agent de la DCRI, en novembre 2011, juste après son retour du Pakistan, et il insiste lourdement :

« Franchement, t'y as cru à cette histoire de tourisme ? » Réponse : « J'y croyais à moitié, mais bon... » Et le policier de confesser : « T'es plus rusé que moi, tu m'as bien roulé dans la farine »; Des aveux qui en disent long sur ce ratage policier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail