France / Afghanistan

Hommage national de François Hollande au major Franck Bouzet tué en Afghanistan

Devant quelque 500 chasseurs alpins, le chef de l 'Etat a prononcé l'éloge funèbre du soldat Franck Bouzet.
Devant quelque 500 chasseurs alpins, le chef de l 'Etat a prononcé l'éloge funèbre du soldat Franck Bouzet. JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

François Hollande a présidé l’hommage national rendu ce matin, 11 août, au major Franck Bouzet, 88e soldat français mort en Afghanistan. Sur la place d’armes du 7e régiment de chasseurs alpins de Varces, en Isère, il a réaffirmé l’engagement de la France en Afghanistan et a confirmé le calendrier du retrait des troupes de combat françaises.

Publicité

Nous avions un but, un seul, permettre aux Afghans de prendre souverainement en charge leur propre destinée...

François Hollande

Devant quelque 500 chasseurs alpins, le chef de l 'Etat, accompagné du ministre de Défense Jean-Yves Le Drian, a prononcé l'éloge funèbre du soldat de 45 ans, père de trois enfants, tué mardi 7 août dans la province de la Kapisa. « Vous vous êtes dévoué pour la patrie. Vous êtes mort pour elle » a déclaré le chef de l’Etat qui s’est adressé longuement à la deuxième personne du pluriel en hommage au soldat Bouzet. « Franck Bouzet était l'un des soldats les plus méritants de la patrie » a ajouté François Hollande qui lui a remis les insignes de chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume.

Le président de la République a également réaffirmé le maintien de la France en Afghanistan dans une dimension plus civile ou économique. « Notre solidarité prendra une autre forme, celle de la coopération » a affirmé François Hollande. La France va anticiper le retrait de ses forces « combattantes » d'Afghanistan, soit 2 000 hommes, qui quitteront le sol afghan avant la fin de l'année, conformément à un engagement pris par François Hollande au cours de la campagne électorale. Ce retrait intervient deux ans avant le départ prévu du reste de la force internationale de l'Otan (Isaf) et 11 ans après le début de l'intervention alliée qui a suivi les attentats du 11-Septembre. Près de 4 000 soldats français étaient présents en Afghanistan à la mi-2011.

Cette douloureuse parenthèse dans la retraite estivale du président intervient alors que le gouvernement est sous le feu des critiques de l'opposition qui lui reproche son « attentisme » dans le dossier syrien. Durant l’éloge funèbre rendu à Franck Bouzet, le président a déclaré à propos de la Syrie que Paris était engagé « dans la recherche obstinée d’une solution politique en Syrie ».

Cet hommage national est le second présidé par François Hollande après celui rendu le 14 juin dernier dans la cour d'honneur des Invalides, à Paris, à quatre autres soldats tués également en Kapisa.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail