Accéder au contenu principal
FRANCE

France : le président François Hollande se donne deux ans pour redresser le pays

Le président François Hollande sur TF1, le 9 septembre 2012.
Le président François Hollande sur TF1, le 9 septembre 2012. REUTERS/Hand Out
Texte par : RFI Suivre
7 mn

En baisse dans les sondages, critiqué par la presse, François Hollande voulait convaincre et rassurer : il était ce dimanche soir 9 septembre au journal de 20h de TF1, très attendu par les Français. Le président français a annoncé un agenda précis des réformes et a fixé un horizon pour le redressement.

Publicité

Il y a une majorité qui va l'accompagner dans cet effort difficile.

Bruno Leroux, président du groupe PS à l'Assemblée nationale

François Hollande a tout fait pour reprendre la main, en tout cas, en fixant d'emblée un horizon pour le redressement. Deux ans, c'est le délai que le président de la République s'accorde pour que sa politique commence à produire des effets.

On nous annonçait une interview importante du président de la République. On a eu l'interview, mais pas le président.

Nathalie Kosciusko-Morizet, députée UMP, sur ITélé

Tout en fixant un agenda à moyen terme pour le redressement, François Hollande a aussi voulu montrer qu'il ne perdait pas de temps, en affirmant : « J'accélère » dans la lutte contre le chômage - dont, espère-t-il, la courbe devrait s'inverser d'ici un an - et pour la compétitivité. François Hollande a promis que toutes les réformes importantes (les emplois d'avenir, les contrats de génération mais aussi la Banque publique d'investissement) seraient engagées avant la fin de l'année, pour être mises en œuvre dès 2013.

J’ai pour mission de redresser notre pays et je vais fixer un agenda du redressement : 2 ans. Deux ans pour à la fois mettre en œuvre une politique pour l’emploi, pour la compétitivité et pour le redressement des comptes publics.

François Hollande sur son agenda

Bien sûr, le président a dû s'expliquer sur la taxe à 75% pour les plus hauts revenus. Personne n'y échappera, au-delà d'un million d'euros de revenus annuels. Mais elle sera temporaire et disparaîtra en 2014 si, comme le président de la République l'espère, le redressement est engagé malgré une croissance en berne. François Hollande a, en effet, indiqué que la prévision de croissance pour 2013 était révisée à 0,8%.

Malgré ce contexte, le chef de l'Etat maintient son objectif de réduction des déficits. Il a annoncé le montant des prélèvements nécessaires pour y parvenir : 10 milliards d'euros pour les entreprises, idem pour les ménages. Quant à l'Etat, il devra économiser la même somme. « Des mesures difficiles, douloureuses », a dit François Hollande, mais indispensables.

Il aurait dû bien mesurer ce que signifie demander une autre nationalité. Il vient de faire la correction qui s'imposait.

François Hollande, sur l'affaire Bernard Arnault

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.