France / médias

Caricatures de Mahomet : la France renforce la sécurité de ses représentations à l'étranger

L’armée libanaise est déployée autour de la résidence de l’ambassadeur français au Liban. Beyrouth, le 19 septembre 2012.
L’armée libanaise est déployée autour de la résidence de l’ambassadeur français au Liban. Beyrouth, le 19 septembre 2012. REUTERS/Mohamed Azakir
Texte par : RFI Suivre
9 mn

La France prend des mesures de précaution après la publication, ce mercredi 19 septembre dans l’hebdomadaire Charlie Hebdo, de caricatures de Mahomet. Le sentiment anti-occidental était déjà très vif dans bon nombre de pays musulmans depuis la diffusion du film islamophobe produit aux Etats-Unis. Les manifestations ont fait plus de 30 morts en une semaine et la colère risque de redoubler. La France préfère donc fermer ses ambassades et ses écoles dans une vingtaine de pays vendredi, jour de la grande prière.

Publicité

En Tunisie, les écoles françaises - une dizaine au total - ont fermé leurs portes ce mercredi jusqu'à lundi prochain (voir encadré). Une mesure préventive, affirme l'ambassade à Tunis, qui dit n'avoir reçu aucune menace directe. Mais rappelons que la semaine dernière, l'école américaine avait été incendiée après des manifestations contre le film polémique L'Innocence des musulmans.

La proviseure nous a dit que, du fait de la Une de Charlie Hebdo, on ferme effectivement par précaution. Ce qu'elle veut éviter, c'est un regroupement de Français dans un lieu reconnu comme étant français...

Les implantations françaises en Indonésie fermées jeudi et vendredi

En Indonésie, pays qui compte le plus grand nombre de musulmans au monde, les écoles et les représentations diplomatiques françaises fermeront jeudi et vendredi.

Vendredi, jour de la grande prière, ce seront une vingtaine d'ambassades dans des pays musulmans qui seront closes, selon le ministère des Affaires étrangères. Mais d'ores et déjà, la sécurité est renforcée autour de plusieurs représentations diplomatiques, un peu partout dans le monde. Au Yémen par exemple, et au Liban également où des véhicules militaires et des transports de troupes blindés supplémentaires se sont déployés autour de l'ambassade de France à  Beyrouth. En Egypte, c'est jeudi que les écoles et les centres culturels seront fermés.

En Israël, les ressortissants français ont été appelés à « une vigilance toute particulière ». Les mesures de sécurité ont aussi été resserrées dans plusieurs capitales européennes comme La Haye, Copenhague et Vienne.

Condamnations à l’étranger

Au Caire, l'université d'Al-Azhar, la plus haute institution de l'islam sunnite, a condamné les caricatures de Mahomet qui portent atteinte à l'islam et à son prophète.

L'Osservatore Romano, le quotidien du Vatican, a quant à lui qualifié l'initiative de Charlie Hebdo de « discutable », car elle « jette de l'huile sur le feu ».

Washington, de son côté, affirme douter du bien-fondé de l'initiative de l'hebdomadaire satirique. « Nous avons des questions sur le jugement qui a conduit à publier de telles choses », a déclaré le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney. Mais la Maison Blanche ajoute que ces caricatures « ne justifient en aucun cas la violence ».


Le porte-parole du Quai-d'Orsay, Philippe Lalliot, explique, au micro de RFI, la mesure de fermeture temporaire des ambassades françaises après la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo:

Nous ne voulons prendre aucun risque. Il s'agit d'une mesure de précaution, ponctuelle et temporaire.

Philippe Lalliot, porte-parole du Quai-d'Orsay

Avec notre envoyé spécial à Tunis, Nicolas Champeaux

L’ambassade de France a adopté une large palette de mesures préventives en application des instructions du Quai d’Orsay. Le collège Pierre Mendès France et le groupe scolaire Gustave Flaubert, qui comprend une école primaire, un collège et un lycée, sont fermés depuis ce mercredi à midi et ce jusqu’à lundi. Plusieurs milliers d’élèves sont concernés.

Des renforts de policiers sont d’ores et déjà positionnés devant l’ambassade. Paris a en effet demandé aux autorités tunisiennes de consolider la sécurité de l’ambassade ainsi que les services qui lui sont rattachés, c'est-à-dire le consulat ou encore le centre culturel français.

« Ce qui doit être fait sera fait », a dit à RFI le porte-parole du ministère de l’Intérieur tunisien sous le feu des critiques depuis vendredi. Les forces de l’ordre avaient en effet dû battre en retraite face à des manifestants en surnombre devant la représentation diplomatique américaine ce jour-là.

L’ambassade de France, qui pour l’heure ne signale aucune menace directe, demeure ouverte. En revanche ses portes resteront fermées vendredi, journée à risque. Elle se situe en plein centre-ville au bout de l’avenue Bourguiba, à moins de 500 mètres de la mosquée el-Fath, l’un des fiefs des salafistes.

Enfin, les quelque 30 000 Français qui résident en Tunisie - les trois quart sont binationaux - devraient recevoir des SMS pour les inviter à consulter le site internet de l’ambassade qui appelle à la plus grande vigilance et à la plus grande prudence.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail