France

Procès Erika: toutes les condamnations, dont celle de Total, confirmées en cassation

Un militaire porte un sac rempli de pétrole, le 28 décembre 1999 sur une plage de la pointe des chats, sur l'Ile de Groix, dans le Morbihan.
Un militaire porte un sac rempli de pétrole, le 28 décembre 1999 sur une plage de la pointe des chats, sur l'Ile de Groix, dans le Morbihan. EMMANUEL PAIN / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Cour de cassation a confirmé ce mardi 25 septembre la condamnation pénale de Total prononcée en appel en 2010 pour la «pollution maritime» provoquée sur les côtes bretonnes par le naufrage du pétrolier « Erika » en 1999.

Publicité

C'est une victoire absolue, totale même, pour les collectivités locales souillées par la marée noire de l'« Erika ». Une victoire pour les associations de protection de l'environnement et, a contrario, c'est un nouveau naufrage pour Total et ses co-prévenus.

La Cour de cassation a rejeté, ce mardi 25 septembre 2012, tous les pourvois formulés par les quatre condamnés. Et la Cour de cassation va même plus loin que l'arrêt rendu par la cour d'appel de Paris puisque, si elle confirme les condamnations pénales pour pollution du groupe Total, de la société de classification Rina, de l'armateur et du gestionnaire, la Cour de cassation dit que ses prévenus sont aussi responsable civilement.

Les prévenus doivent donc réparer les conséquences du dommage et verser des dommages et intérêts aux victimes de la catastrophe. De plus, le préjudice écologique accordé aux collectivités et aux associations n'est pas remis en cause.

Cette décision va faire jurisprudence. Elle signifie que l'Etat peut poursuivre tous ceux qui procèdent à des rejets d'hydrocarbures, au-delà même des eaux territoriales.

Conséquence : c'est la fin de l'impunité qui régnait en haute mer. Les pollueurs et les affréteurs de bateaux poubelle sont désormais prévenus : ils peuvent être désormais poursuivis et condamnés.

Les élus des collectivités locales et les responsables d'associations écologiques ne cachaient pas leur joie. Pour eux, c'est un véritable succès, après des années d'un long combat judiciaire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail