France/ Economie

Les immatriculations de voitures neuves en chute libre

Le Mondial de l'automobile a débuté la semaine dernière dans une ambiance morose.
Le Mondial de l'automobile a débuté la semaine dernière dans une ambiance morose. REUTERS/Christian Hartmann

Les immatriculations de voitures neuves ont poursuivi leur plongeon en septembre, en France, dans un marché européen déprimé. Sur les huit premiers mois de l'année, les elles sont en recul de 13,4%. C'est le dixième mois de baisse consécutif. Les perspectives sont toujours plus sombres.

Publicité

Ce n'était déjà pas la grande forme et à chaque nouvelle annonce de mauvais chiffres, la dépression se rapproche un peu plus. Cette fois, ce sont les immatriculations de voitures neuves en France, au mois de septembre qui minent le moral du secteur. La baisse est de plus de 18% par rapport à septembre 2011.

PSA Peugeot Citroën limite la casse avec une baisse de 5%, mais pour Renault et sa filiale de voiture à bas coût Dacia, la chute est très dure : 33,4 % de baisse par rapport au même mois de l'année dernière.

Renault amortit le choc avec des mesures de chômage partiel et n'a pas annoncé de plan de suppressions d'emploi comme l'a fait PSA. Mais avec un marché aussi déprimé, beaucoup d'analystes se demandent de manière de plus en plus audible, combien de temps le constructeur va pouvoir tenir comme ça.

Du coup, le comité des constructeurs français d'automobiles abaisse encore ses prévisions pour l'ensemble de l'année 2012, qui n'étaient déjà pas brillantes : d'une baisse du marché français attendue entre 8 et 10% on passe à une chute de 12%. Ce qui ne devrait pas contribuer à redonner le sourire aux participants au Mondial de l'automobile qui a débuté dans une ambiance morose.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail