France

François Hollande : «L'Etat sera ferme face à la menace terroriste»

François Hollande raccompagne le président du Crif, Richard Prasquier, et le président du Consistoire, Joël Mergui, reçus à l'Elysée, ce 7 octobre 2012.
François Hollande raccompagne le président du Crif, Richard Prasquier, et le président du Consistoire, Joël Mergui, reçus à l'Elysée, ce 7 octobre 2012. REUTERS/Christian Hartmann

Au lendemain d'une vaste opération antiterroriste qui a conduit à l'interpellation de onze personnes et à la mort d'un homme, tous soupçonnés d'être à l'origine de l'attaque contre une épicerie cacher de Sarcelles (Paris), la communauté juive est en émoi. Ses représentants ont été reçus à l'Elysée. L'Etat ne laissera pas faire, a promis le président François Hollande dimanche 7 octobre, précisant que la menace terroriste persistait. Samedi soir, une synagogue de la banlieue parisienne a été visée par des tirs à blancs.

Publicité

Six mois après l'affaire Merah, la communauté juive de France s'inquiète d'être à nouveau la cible d'actions terroristes. Samedi soir, une synagogue d'Argenteuil, dans la banlieue parisienne, a été visée par des tirs à blancs.

Cet incident à Argenteuil suit de près une opération anti-terroriste menée dans plusieurs villes françaises, dans l'est et le sud de la France, ainsi qu'à Paris. Les personnes interpellées présentent un profil similaire et sont toutes liées à une cellule proche de la mouvance islamiste radicale.

La perquisition menée au domicile de Jérémie Louis-Sidney, cet homme de 33 ans abattu lors de son interpellation samedi, à son domicile de Strasbourg, a permis aux policiers de découvrir une liste de lieux appartenant à des associations juives. Le souci du Conseil représentatif des institutions juives de France est donc aujourd'hui manifeste.

Les pouvoirs publics ont véritablement pris la mesure du danger que représente l'islam radical en France

Richard Prasquier

François Hollande a reçu dimanche les représentants de cette communauté. La sécurité sera renforcée autour des lieux de cultes, a annoncé le chef de l'Etat, qui a réaffirmé « l'intransigeance qui sera celle des pouvoirs publics pour lutter contre le racisme et l'antisémitisme ».

Tout acte, tout propos sera poursuivi avec la plus grande fermeté

François Hollande

Le président a ensuite déclaré, ce dimanche 7 octobre,  la « mobilisation la plus totale » de l'Etat contre « toutes les menaces terroristes » après le démantèlement d'une cellule islamiste radicale soupçonnée de préparer des actions violentes en France.

Le chef de l'Etat a également insisté sur « le refus de tout amalgame ». « Les musulmans de France ne doivent pas pâtir de l'islamisme radical. Ils en sont aussi victime », a-t-il souligné.

« Dans nos quartiers »

Invité samedi soir du journal télévisé de TF1, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a souligné la « difficulté » d'agir face à ces nouveaux types de « réseaux terroristes » qui ne viennent pas « de l'extérieur » mais sont « dans nos quartiers ». La menace terroriste se nourrit « de fantasmes, de haines » et aussi « d'un contexte géopolitique », a-t-il estimé.

« Nous ferons tout pour que ne s'installe pas sur le territoire national le moindre risque pour la sécurité des Français », a assuré de son côté le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail