France

Manifestations dans huit villes de France pour défendre l'emploi et l'industrie

Une manifestante à Lyon, le 9 octobre 2012.
Une manifestante à Lyon, le 9 octobre 2012. REUTERS/Robert Pratta

Le syndicat CGT a appelé ce mardi 9 octobre à une journée de grèves et de manifestations pour défendre l’emploi et l’industrie dans huit villes. Au programme, manifestations et arrêts de travail. Le cortège parisien est parti de la place d’Italie. Dans la matinée déjà, une première manifestation avait eu lieu aux abords du salon de l'automobile.

Publicité

On en a marre de leur politique de casser les emplois, de fermer les usines, tout ça pour faire encore plus de profit et augmenter les dividendes des actionnaires.

Jean-Pierre Mercier

C’est la première mobilisation syndicale de ce type et de cette ampleur en France depuis l’élection de François Hollande. Une initiative de la seule CGT qui n’a pas souhaité mobiliser pour cette journée de défense de l’industrie les autres syndicats français.

Le défilé parisien devait s'élancer en début d'après-midi, mais une première manifestation a déjà eu lieu ce matin, à Paris, devant les portes du salon de l’automobile, avec des salariés de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois notamment qui va fermer en 2013. Etaient également présents, des salariés d’ArcelorMittal venus de Florange en Moselle.

PSA et ArcelorMittal : ce sont les deux conflits emblématiques de cette rentrée. Mais ce matin, il y avait aussi beaucoup d’employés de sous-traitants de l’automobile. Un des 200 salariés de Prevent Glace, un équipementier qui a été liquidé en mai dernier, déclarait :

« S’ils continuent à faire ce qu’ils font, à délocaliser pour avoir des prix toujours moins chers, il est évident que pour la filière automobile en France, ça va être dramatique. Les Français sont des travailleurs compétents qui font de la qualité. Qu’on se serve de cela et qu’on arrête de dire que le coût du travail est trop cher en France. L’enjeu de la manifestation d’aujourd’hui, c’est de faire voir un peu au gouvernement et surtout au patronat qu’on est là et qu’on va se battre pour garder notre emploi en France et en Europe puisqu’ils parlent toujours d’Europe. Et qu’ils arrêtent de se barrer en Chine et compagnie ! Après on discutera avec eux. »

Des salariés de l’automobile très remontés. Un face-à-face tendu a eu lieu entre manifestants et forces de l’ordre. Des gaz lacrymogènes ont été utilisés à plusieurs reprises pour dégager les abords du Parc des expositions de la Porte de Versailles.

A priori, le défilé parisien, avec à sa tête le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, devrait être, lui, beaucoup plus pacifique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail