FRANCE

France : vifs débats en perspective à l’Assemblée nationale avec l’examen du budget 2013

L'Assemblée nationale au grand complet, le 26 juin 2012.
L'Assemblée nationale au grand complet, le 26 juin 2012. REUTERS/Benoit Tessier

Coup d'envoi de l'examen du projet de budget 2013, ce mercredi 17 octobre, à l'Assemblée nationale. Ce budget doit consacrer un « effort inédit » depuis la Libération. Ce qui annonce de belles passes d'armes à l'Assemblée nationale où la droite va dénoncer un « matraquage » fiscal de l'ensemble des Français, avec en toile de fond un contexte économique assez sombre.

Publicité

C'est un débat budgétaire sous haute tension qui s'ouvre à l'Assemblée nationale avec un impératif pour le gouvernement : « Tenir l'objectif d'un déficit public à 3% du PIB ». Pour ce faire, le budget 2013 fait peser l'effort aux deux tiers sur les recettes et pour un tiers sur les dépenses.

Cela signifie que l'essentiel de la réduction du déficit se fera avec des hausses d'impôts chiffrées à quelque 24 milliards d'euros. Ce partage fait hurler les chefs d'entreprises. La droite le dénonce vigoureusement. Ainsi l'ancien Premier ministre François Fillon n'a pas de mots assez durs pour condamner « un budget qui conduit à la récession ». Gilles Carrez, le président UMP de la commission des Finances accuse : « cinq à six Francais sur dix vont voir leurs impôts augmenter ». Alors que le centriste Jean-Christophe Lagarde parle lui de véritable « gourdin fiscal ».

Face aux attaques de l'opposition, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault assurait ce mardi matin que « 90% de l'effort serait fait par les 10% des ménages les plus aisés ». De son côté, le président François Hollande promet que les Français tireront les fruits de la rigueur lors de la deuxième partie de son mandat. D'ici là, une seule certitude règne : les Français vont bel et bien devoir se serrer la ceinture.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail