France / Santé

Santé : un nouveau contrat pour lutter contre les déserts médicaux

L'Ordre des médecins estime à 35 le nombre de départements en déficit médical.
L'Ordre des médecins estime à 35 le nombre de départements en déficit médical. Getty Images/Steve Cole

Les députés viennent de voter, ce vendredi 26 octobre, la création d’un contrat de praticien territorial de médecine générale. L’histoire dramatique de cette mère qui a perdu son bébé en accouchant, alors qu'elle était en route pour la maternité distante de 100 km de son domicile, relance la polémique sur les fermetures des hôpitaux, ainsi qu'au manque cruel de médecins dans certaines régions françaises.

Publicité

Ce nouveau contrat garantit des revenus pendant deux années et devrait entrer en vigueur dès l’année prochaine. Son objectif : permettre à de jeunes médecins de s’installer dans des zones médicalement sous-dotées dans le cadre du budget de la sécurité sociale, et ainsi éviter une médecine à plusieurs vitesses. La ministre de la Santé et des Affaires sociales avait déjà annoncé et prévu, il y a quelques semaines, la signature annuelle de 200 contrats de ce type.

L’accès à ce dispositif sera étendu aux médecins remplaçants et, afin de ne pas associer l’obligation à cette mesure incitative, Marisol Touraine a demandé le retrait de l’amendement prévoyant une obligation d’exercice dans les zones dites déficitaires. Un point largement dénoncé par l’opposition qui estimait que ce problème ne pouvait se régler à la seule obligation.

D’autres amendements doivent renforcer ce dispositif. L’un prévoit d'ouvrir ce contrat à des assistants hospitaliers dans certaines conditions. Un autre, la possibilité d’une activité salariale en parallèle de la médecine générale dans certains territoires.

Aujourd'hui, l'Ordre des médecins estime à 35 le nombre de départements en déficit médical.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail