France

François Hollande lance ses contrats d'avenir pour gagner la bataille de l'emploi

François Hollande à Chelles, en Seine-et-Marne, jeudi 8 novembre 2012.
François Hollande à Chelles, en Seine-et-Marne, jeudi 8 novembre 2012. REUTERS/Bertrand Langlois/Pool
Texte par : RFI Suivre
2 mn

François Hollande a signé ce jeudi 8 novembre à Chelles, en banlieue parisienne, les douze premiers contrats d'avenir. L'objectif de ce dispositif est de permettre à quelque 100 000 jeunes non diplômés de s'insérer sur le marché du travail d'ici fin 2013 et bien plus à terme. Une mesure phare du quinquennat qui bénificie d'une importante campagne de communication. 

Publicité

Le président de la République était d'humeur badine ce matin. Une des promesses phare de sa campagne se concrétise sous ses yeux : 150 000 emplois d’avenir payés aux trois quarts par l’Etat d'ici 2014.

« La bataille de l’emploi est la seule priorité qui vaille, assène François Hollande. Depuis 17 mois, le chômage ne cesse de progresser, un endettement public qui nous a été laissé... Nous pourrions nous décourager, nous pourrions attendre ! Eh bien nous ne perdons aucun temps, et nous engageons tout de suite la bataille. Toutes les générations le savent bien : quand les jeunes ont un espoir, c’est toute la société qui avance. Merci, ici à Chelles, de l’avoir compris ».

La bataille de l’emploi et la bataille de la communication : une grande campagne de publicité est lancée pour vanter les emplois d’avenir. Les ministres sont appelés au front, en attendant les contrats de génération dans quelques semaines, l’autre grand engagement de François Hollande en direction de la jeunesse.

De quoi permettre peut-être d’honorer une promesse présidentielle : inverser la courbe du chômage d’ici la fin 2013, malgré des prévisions de croissance toujours plus pessimistes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail