France

France: Régis de Camaret a été condamné à huit ans de prison par la cour d'assises du Rhône

Régis de Camaret (à gauche) quitte le palais de justice de Lyon, le 20 novembre 2012.
Régis de Camaret (à gauche) quitte le palais de justice de Lyon, le 20 novembre 2012. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'entraîneur de tennis a été condamné à huit-ans de prison ferme après avoir été reconnu coupable ce vendredi 23 novembre du viol de deux jeunes sportives qu'il coachait au sein de son club de Saint-Tropez, il y a plus de vingt ans. Le procès a retenu l’attention des médias depuis que la championne Isabelle Demongeot a révélé ces viols, dont elle a été elle-même victime pendant de nombreuses années, poussant une vingtaine d'autres jeunes femmes à témoigner contre leur ex-entraîneur.

Publicité

Régis de Camaret a été condamné à huit ans de prison, une peine plus clémente que ce qu'avait demandé l'avocate générale dans son réquisitoire - elle demandait entre dix et douze ans de réclusion -, mais bien plus lourde que ce que l'ancien entraineur de tennis attendait.

Jusqu'au bout, Régis de Camaret est resté impassible, froid et distant, refusant d'admettre les viols et reconnaissant simplement du bout des lèvres quelques attouchements « inappropriés ».

Cette fois-ci pourtant, la justice ne l’a pas épargné. Régis de Camaret avait en effet bénéficié une première fois d'un non-lieu et il avait fallu que les parties civiles se pourvoient en cassation pour que l'affaire soit rejugée devant la cour d'assises du Rhône.

De plus, comme tous les dossiers évoquant des agressions sexuelles remontant très loin dans le passé, l’affaire était difficile à juger : seules deux jeunes femmes ont pu témoigner en qualité de parties civiles. Fait exceptionnel en matière judiciaire : une vingtaine d'autres victimes, plus anciennes, ont été autorisées à raconter leur calvaire à la barre.

In fine, Régis de Camaret n'aura été jugé que sur une partie des faits, ceux qui n'étaient pas prescrits, mais c'est la parole des victimes dans sa globalité qui a été entendue et reconnue.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail