France

France: Jean-Marc Ayrault dit assumer la politique industrielle de son gouvernement

Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée nationale, le 5 décembre 2012.
Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée nationale, le 5 décembre 2012. REUTERS/Charles Platiau

Dans un entretien au Journal du dimanche (JDD) de ce 9 décembre, Jean-Marc Ayrault revient sur le dossier ArcelorMittal qui avait focalisé l'attention en France. Le Premier ministre défend la décision du gouvernement de négocier avec le groupe sidérurgique. Une décision qui avait suscité une crise politique dans son propre camp. Jean-Marc Ayrault rappelle au passage que «François Hollande n’a jamais promis qu’il sauverait toutes les usines».

Publicité

Jean-Marc Ayrault l’affirme comme pour dire que rien n’est perdu. Il y a le temps de l’action et celui de la pédagogie. L’action, c’était il y a un peu plus d’une semaine, lorsqu’il a annoncé un vendredi soir sans prévenir, l’accord avec Mittal, en évacuant la nationalisation temporaire défendue pourtant par son ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

La pédagogie, c’est maintenant, après une semaine de soubresauts qui ont ressemblé à une succession d’improvisations au fil des rebondissements et des déclarations de Mittal ou des syndicalistes de Florange.

Au final, ce qui aurait dû apparaître comme une victoire en faveur de l’emploi est devenu une crise politique où l’autorité de Jean-Marc Ayrault a été, encore une fois, mise à mal.

Dans son équipe, plusieurs ministres ont fait part de leur désaccord sur la méthode du chef du gouvernement et ont désapprouvé l’humiliation vécue par Arnaud Montebourg. L’un d’entre eux expliquant même, « Ayrault c’est l’homme du savoir-faire, mais pas du faire-savoir ». Tout est dit, en quelque sorte.

Les explications du Premier ministre, défenseur d’une gauche qu’il présente comme sociale-démocrate et réformiste, suffiront-elles à convaincre tous ceux qui ont été déçus et qui doutent ?

Le rendez-vous vérité est fixé fin 2013, date à laquelle le gouvernement a promis d’inverser la courbe du chômage. Mais Jean-Marc Ayrault tiendra-t-il jusque là ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail