France / Alpinisme

France: l'alpiniste Maurice Herzog monte au ciel

Maurice Herzog en 2005, lorsque Paris faisait campagne pour l'organisation des JO 2012.
Maurice Herzog en 2005, lorsque Paris faisait campagne pour l'organisation des JO 2012. AFP PHOTO ERIC FEFERBERG

C'était la figure emblématique de l'alpinisme en France. Maurice Herzog s'est éteint ce vendredi à l'âge de 93 ans. Premier à gravir l'Annapurna, homme politique puis membre du Comité international olympique où il a siégé jusqu'en 1994, Maurice Herzog a eu plusieurs vies.

Publicité

Il a été le premier, avec Louis Lachenal, à gravir l'Annapurna, un des sommets les plus hauts du monde. C'était en 1950. Une expédition à plus de 8 000 mètres qui lui vaut une amputation des doigts et des orteils, à cause du gel. Mais l'expédition lui vaut aussi une notoriété énorme. Il écrit notamment un livre sur son ascension, Annapurna premier 8 000, vendu à une douzaine de millions d'exemplaires et traduit en 40 langues.

Il entame ensuite une carrière politique dans laquelle il lie sport et vie politique. De 1958 à 1965, Maurice Herzog est haut secrétaire d'Etat à la Jeunesse et au sport. Il devient l'homme de confiance du général de Gaulle pour développer la pratique du sport et former des champions de renommée internationale.

Puis il se tourne vers l'international. En 1970, il devient membre du Comité international olympique. Il y siège jusqu'en 1994. Au final, Maurice Herzog a su incarner le héros national dont la France de la Libération avait besoin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail