France

Mariage pour tous: vote définitif de l'Assemblée ce mardi

Tous les yeux seront tournés mardi vers l'Assemblée où sera définitivement adopté le projet de loi sur le mariage pour  tous.
Tous les yeux seront tournés mardi vers l'Assemblée où sera définitivement adopté le projet de loi sur le mariage pour tous. Carina Branco
Texte par : RFI Suivre
3 mn

C’est jour de vote à l’Assemblée nationale. Le projet de loi autorisant le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels va être adopté, ce mardi après-midi 23 avril, par les députés. Tandis que le sujet fait consensus à gauche, l’opposition entend bien poursuivre son combat contre ce projet de loi.

Publicité

Une lettre de menaces envoyée lundi par un groupuscule à Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale, de nombreuses manifestations parfois violentes, la semaine dernière devant le palais Bourbon contre ce projet de loi, le vote définitif intervient dans un contexte agité.

Sans surprise, la majorité va voter ce texte autorisant le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels. C’était une des promesses du candidat Hollande et le sujet fait quasiment l’unanimité à gauche. David Assouline, porte-parole du Parti socialiste, appelle même à s’en réjouir. « Je pense déjà à la joie, au bonheur de tous ces couples homosexuels, aux enfants qu’ils élèvent, d’obtenir enfin une protection et des droits égaux. Je pense aussi au progrès pour toute la société de faire un pas de plus vers l’égalité », a-t-il déclaré.

Recours de l'UMP

Un vote qui, espère-t-on à l’Élysée, calmera les ardeurs des contestataires. Mais l’opposition ne veut clairement pas en rester là. L’UMP s’apprête à déposer un recours devant le Conseil constitutionnel mercredi ou jeudi. Pour Philippe Brillault, maire UMP du Chesnay, dans les Yvelines, cette loi va instaurer une perte de repères au sein de la société française: « Nous allons avoir une perte de repères de la filiation, de l’histoire et de nos sociétés qui vont obligatoirement changer et dénaturer profondément la psychologie de chaque individu et la psychologie de l’avenir. »

Les élus de droite appellent également à poursuivre la mobilisation contre ce texte. Ainsi, ils manifesteront les 5 et 26 mai prochain à Paris. Tous ces élus ont en tête un précédent : le contrat première embauche. Le CPE, avait été voté par le Parlement en 2006 avant d’être rapidement retiré par le gouvernement devant l’ampleur de la contestation.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail