France

Agression d'un militaire français à Paris: le fait d'un jeune «à la dérive», selon le procureur

La police sur les lieux de l'agression, le 25 mai dernier.
La police sur les lieux de l'agression, le 25 mai dernier. AFP / FRANCOIS GUILLOT

Un jeune homme arrêté mercredi 29 mai à la Verrière dans les Yvelines, a reconnu la violente agression d'un militaire samedi 25 mai à la Défense. Prénommé Alexandre, cet homme de 22 ans a été interpellé sans résistance alors qu'il arrivait au domicile d'une amie. Il se trouve actuellement en garde à vue.

Publicité

Alexandre était connu des services de police pour des délits comme le port d'armes ou le vol avec violence. Des faits qui ont fait l'objet d'une inscription au fichier national d'analyse des empreintes génétiques. Les enquêteurs ont pu dès dimanche dernier isoler son profil génétique, ce qui a permis son arrestation.

Le jeune homme avait aussi été contrôlé par les policiers en 2009 à l’occasion d’une prière de rue. Christian Flaesch, directeur de la police judiciaire, évoque son cas : « Il a été contrôlé par la police. Et naturellement dans ce genre de domaines, l’information arrive aux services spécialisés. Et quand j’ai moi-même interrogé le directeur du renseignement, il m’a donné ce seul élément : un contrôle à l’occasion d’une prière de rue. »

Alexandre aurait agi « au nom de son idéologie religieuse », selon le procureur. Il serait partisan d'un islam radical, depuis trois ou quatre ans, d'après les enquêteurs. Le directeur de la police judiciaire Christian Flaesch évoque une personne « à la dérive » : « Il était un peu à la dérive, sans emploi à l’heure actuelle. Il n’avait pas de domicile précis non plus. On peut penser qu’il a même dormi dans la rue ces jours derniers. »

Le procureur François Molins a précisé que la qualification de terrorisme sera vraisemblablement retenue pour l’agression à l’arme blanche du militaire, qui est depuis sorti de l’hôpital.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail